Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Avis du médecin du travail
Nouvelle procédure de contestation

21/06/2017

La loi Travail du 8 août 2016 a profondément modifié les règles de contestation des avis émis par le médecin du travail [1]. Principal changement ? La démarche doit être effectuée devant le conseil de prud’hommes et non plus auprès de l’inspection du travail. Et ce via un référé, c’est-à-dire en urgence. Ainsi, le salarié ou l’employeur qui veut contester un avis a désormais 15 jours (deux mois auparavant) pour saisir les prud’hommes d’une demande de désignation d’un médecin-expert. « L’employeur doit donc réagir très vite », prévient l'avocat Stéphane Picard. En outre, le demandeur doit en informer le médecin du travail, qui peut être amené à transmettre le dossier médical du salarié à l’expert si ce dernier le lui demande.

Qui paie les frais d'expertise ?

Pour Stéphane Picard, cette nouvelle procédure comporte des zones d’ombre : « Le conseil de prud’hommes a-t-il la possibilité de refuser la désignation d’un médecin-expert, par exemple si le référé ne porte pas sur un élément médical ? On ne sait pas non plus si le salarié doit être informé du recours formulé par l’employeur et s’il doit être convoqué à l’audience devant la juridiction ». Par ailleurs, « le décret du 10 mai ne précise pas dans quels délais le médecin-expert doit être nommé et rendre sa décision », souligne-t-il. Le risque ? Que la démarche prenne plus d’un mois, période à partir de laquelle l’employeur doit reprendre le versement de la rémunération du salarié inapte qui n’a été ni reclassé, ni licencié. Enfin, le texte n'indique pas qui doit payer les frais d’expertise et de procédure. Seule indication : il revient au président de la formation de référé (conseillers prud'hommes) de fixer la rémunération du médecin-expert.

Décret n° 2017-1008 du 10 mai 2017

[1] Avis d’aptitude ou d’inaptitude, propositions d’aménagement du poste de travail, conclusions écrites accompagnant l’avis d’inaptitude et indications relatives au reclassement.

Noémie Colomb

Publié dans le magazine Direction[s] N° 155 - juillet 2017






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 155 - juillet 2017
Aide aux aidants. Une offre à soutenir
Voir le sommaire

Dossiers

Les centres communaux d’action sociale (CCAS) sont en pleine mutation. Alors qu’ils doivent continuer à tenir leur rôle d’acteurs de proximité, au plus près des publics fragiles afin d’assurer leur protection et leur accès aux droits, ils sont...
Lire la suite

Formation des directeurs et cadres
Dossier spécial 2017

Que vous soyez directeur général, de pôle, de dispositif, d’établissement ou chef de service, tout juste arrivé dans la fonction, le secteur ou au contraire doté d’une solide expérience professionnelle… la formation est un passage incontournable...
Lire la suite

Depuis plusieurs années, la lutte contre l'illettrisme constitue un enjeu pour les pouvoirs publics. Mais aussi pour les employeurs, en particulier ceux du secteur social et médico-social soumis à des impératifs tant réglementaires que de qualité....
Lire la suite

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne
Offres d'emploi
Cette semaine 8 annonce(s)
LE DEPARTEMENT DU LOT

Pilote MAIA Sud du Lot en résidence administrative à Cahors (H/F)

Association des paralysés de France

UN DIRECTEUR DU DEVELOPPEMENT ET DE L’OFFRE DE SERVICE

Conseil départemental du Pas de Calais

Responsable de secteur de l’aide sociale à l’enfance

Conseil départemental du Pas de Calais

Chef de service socio-éducatif local


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] 2017

Le Trophée Direction[s] est lancé !

Date limite de dépôt des candidatures : 20 juillet 2017

Téléchargez le dossier de candidature
________________________________________

Sous le haut patronage d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Et en partenariat avec :   

         

                                 

Espace pratique