Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Spécial dispositifs de formation
Un dispositif réformé pour la formation continue des soignants

19/04/2017

Effectif depuis 2013, le développement professionnel continu (DPC) des personnels médicaux et paramédicaux a vu ses modalités réformées par la loi Santé début 2016.

Obligatoire pour les établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, le dispositif de développement professionnel continu (DPC) a vocation à coordonner la formation professionnelle et l’évaluation des pratiques des soignants, afin d’améliorer la qualité et la sécurité des soins. Initialement instauré par la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) du 21 juillet 2009, le DPC a été réformé l’an dernier, à la suite de préconisations de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), qui avait soulevé des dysfonctionnements dans la mise en œuvre du dispositif [1].

Une obligation désormais triennale

Cette réforme a été entérinée par la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016. Sur le fond, le professionnel de santé doit toujours justifier de son engagement dans une démarche de DPC « comportant des actions de formation continue, d’analyse, d’évaluation et d’amélioration de ses pratiques et de gestion des risques ». Mais cette obligation, auparavant annuelle, est désormais triennale.

Chaque soignant choisit les actions de DPC dans lesquelles il s’engage, en lien avec l’employeur lorsqu’il est salarié d’un établissement. Elles doivent s’inscrire dans les orientations pluriannuelles prioritaires de DPC (lire l’encadré). Quant aux méthodes applicables, détaillées par la Haute Autorité de santé (HAS), elles vont de la formation présentielle au groupe d’analyse de pratiques, en passant par des réunions de concertation pluridisciplinaires.

Le pilotage du DPC a été confié à l'Agence nationale du DPC (ANDPC), qui a remplacé l’ancien organisme gestionnaire du dispositif, en application de la réforme [2]. L’ANDPC est notamment chargée d’évaluer les structures dispensant des actions ad hoc, de même que le contenu de leurs programmes. En 2016, plus de 3400 organismes étaient enregistrés auprès de l’agence, parmi lesquels de nombreux centres de formation, mais aussi des établissements et services de santé et médico-sociaux. Ceux qui étaient déjà habilités par l’ancien organisme gestionnaire ont dû se conformer à certaines obligations (mise en place d’une procédure d’amélioration de la qualité, validité du contenu scientifique des actions, politique de gestion des conflits d’intérêt…) pour se voir enregistrés auprès de l’ANDPC [3].

 

[1] Contrôle de l'OGDPC et évaluation du DPC des professionnels de santé, rapport de l’Igas, avril 2014
[2] Décret n° 2016-942 du 8 juillet 2016

[3] Arrêté du 14 septembre 2016

Mariette Kammerer avec Justine Canonne

Les orientations nationales 2016-2018

Parallèlement à la réforme du dispositif, les orientations nationales de DPC ont été énoncées pour les années 2016 à 2018 [1]. Elles s’inscrivent pour partie dans le cadre de la politique nationale de santé, notamment axée sur le renforcement de la prévention et la facilitation des parcours. Parmi les orientations retenues ? Le repérage et l’accompagnement des personnes âgées en risque de perte d’autonomie (Paerpa), la prise en charge des troubles du spectre autistique (TSA), les soins palliatifs… Une partie des orientations nationales est également définie par profession (médecin, infirmier, aide-soignant, kinésithérapeute, psychomotricien, etc.) ou spécialité.

[1] Arrêté du 8 décembre 2015

 

En savoir plus

Agence nationale du DPC (ANDPC) : www.agencedpc.fr et www.mondpc.fr

Haute Autorité de santé : www.has-sante.fr, rubrique Outils, guides et méthodes






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 155 - juillet 2017
Aide aux aidants. Une offre à soutenir
Voir le sommaire

Dossiers

Les centres communaux d’action sociale (CCAS) sont en pleine mutation. Alors qu’ils doivent continuer à tenir leur rôle d’acteurs de proximité, au plus près des publics fragiles afin d’assurer leur protection et leur accès aux droits, ils sont...
Lire la suite

Formation des directeurs et cadres
Dossier spécial 2017

Que vous soyez directeur général, de pôle, de dispositif, d’établissement ou chef de service, tout juste arrivé dans la fonction, le secteur ou au contraire doté d’une solide expérience professionnelle… la formation est un passage incontournable...
Lire la suite

Depuis plusieurs années, la lutte contre l'illettrisme constitue un enjeu pour les pouvoirs publics. Mais aussi pour les employeurs, en particulier ceux du secteur social et médico-social soumis à des impératifs tant réglementaires que de qualité....
Lire la suite

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne
Offres d'emploi
Cette semaine 8 annonce(s)
LE DEPARTEMENT DU LOT

Pilote MAIA Sud du Lot en résidence administrative à Cahors (H/F)

Association des paralysés de France

UN DIRECTEUR DU DEVELOPPEMENT ET DE L’OFFRE DE SERVICE

Conseil départemental du Pas de Calais

Responsable de secteur de l’aide sociale à l’enfance

Conseil départemental du Pas de Calais

Chef de service socio-éducatif local


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] 2017

Le Trophée Direction[s] est lancé !

Date limite de dépôt des candidatures : 20 juillet 2017

Téléchargez le dossier de candidature
________________________________________

Sous le haut patronage d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

Et en partenariat avec :   

         

                                 

Espace pratique