Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Risques psycho-sociaux
Contestation d'une expertise décidée par le CHSCT : ce qu'il en coûte à l'employeur

12/07/2017

Les frais de procédure engagés par le CHSCT à l'occasion d'une contestation de l'expertise doivent être pris en charge par l'employeur dès lors qu'aucun abus du CHSCT n'est établi. C'est au juge de fixer le montant ainsi mis à la charge de l'employeur au regard des diligences accomplies et non en retenant les sommes telles qu'elles sont facturées au comité.

Le contentieux relatif aux expertises du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) vient d'être illustré par une affaire, tranchée le 21 juin par la Cour de cassation, intéressant un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) associatif. A cette occasion, la Haute juridiction a précisé l'étendue des obligations pesant sur l'employeur en cas de contestation d'une expertise décidée par le CHSCT.

Risques psycho-sociaux

Éclairé par les moyens annexés à l'arrêt, le litige est révélateur des tensions sociales de plus en plus fréquentes dans les Ehpad, comme en témoignent les nombreuses grèves déclenchées ces derniers mois.

En l'espèce, comme le lui permet le Code du travail en cas de risque grave, le CHSCT d'un Ehpad a décidé de faire appel à un expert dans un contexte marqué par "une tension extrême, laissant craindre l'existence de risques psycho-sociaux". En ce sens, les membres du comité ont notamment constaté :

  • le mal-être d'une salariée avec atteinte à sa vie ;
  • des entretiens Direction/Personnel "qui se passent très mal" ;
  • l'épuisement psychologique et physique des salariés ;
  • des règlements de comptes entre collègues...

L'expert avait notamment pour mission d'aider le CHSCT :

  • à préciser et comprendre "les origines organisationnelles et les mécanismes mis en œuvre dans les situations de travail dans lesquelles ce risque s'illustre" ;
  • à formuler des propositions "pour enrichir un plan d'action et suivre des indicateurs précis".

Contestant cette décision, l'association gestionnaire a saisi le président du tribunal de grande instance (TGI) en référé*. Elle est déboutée en appel. Et devant la Cour de cassation, elle n'a pu obtenir gain de cause - sur le principe - qu'en matière de prise en charge des frais de la procédure de contestation de l'expertise.

Prise en charge des frais de procédure

N'ayant pas de budget de fonctionnement, le CHSCT ne peut pas payer les frais de justice (frais de procédure et honoraires d'avocats). La jurisprudence considère que ces coûts doivent être supportés par l'employeur dès lors qu'aucun abus du comité n'est établi.

Dans la présente affaire, les magistrats d'appel ont condamné l'association gestionnaire de l'Ehpad à prendre en charge les honoraires des conseils du CHSCT tels que facturés. Une méthode censurée par la Cour de cassation.

Confirmant une position qu'elle a adoptée en février dernier, la Haute juridiction considère que le montant à la charge de l'employeur doit être fixé par les juges du fond "au regard des diligences accomplies". En d'autres termes, les juges disposent d'un pouvoir de réduction des honoraires facturés.

Les parties ont été renvoyées, sur ce point, devant une autre cour d'appel.

 

* Ce, dans le respect des règles applicables avant la réforme introduite par la loi Travail du 8 août 2016.

 


Source : arrêt du 21 juin 2017 de la Cour de cassation, chambre sociale (n° 15-27506).

Sybilline Chassat-Philippe






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 166 - juillet 2018
ESSMS en milieu rural. Des acteurs du territoire
Voir le sommaire

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne
Offres d'emploi
Cette semaine 9 annonce(s)
CONSEIL DEPARTEMENTAL DES LANDES

Son (ou sa) Directeur-trice de la Solidarité Départementale

UNAPEI

Directeur d'établissement par interim

UNAPEI

Directeur d'établissement

Association Temps de Vie

Un Directeur des soins

Association Temps de Vie

Adjoint de Direction en charge des Affaires Administratives et Financières

PERCE NEIGE

UN DIRECTEUR D’ETABLISSEMENT (H/F)

ADSEA 86

Directeur

Les Aramons

Directeur d'Etablissement

ELIANE RH

Directeur Général (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée 2018 : l'essentiel

Dépôt des candidatures jusqu'au 20 juillet 2018

Téléchargez le dossier de candidature
________________________________________  

Le 14ème Trophée Direction[s] est organisé sous le haut patronage de Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.

       

En partenariat avec  :      

Espace pratique