Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Protection judiciaire de la jeunesse
Justice restaurative : quelle place pour la PJJ ?

04/04/2017

Les services de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) sont pleinement intégrés dans le nouveau dispositif - facultatif - de justice restaurative présenté par une circulaire du garde des Sceaux.

Consacrée par une loi du 15 août 2014, la justice restaurative ou "justice réparatrice" intéresse le secteur de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) à double titre : en tant que prescripteur direct ou en tant que récepteur d'une demande exprimée par les victimes ou les auteurs de l'infraction. Le rôle des services a été clarifié par une circulaire de présentation de cette mesure publiée au bulletin officiel du ministère de la justice du 31 mars 2017. Tour d'horizon.

Justice restaurative, quèsaco ?

Dans un premier temps, la circulaire définit la justice restaurative, caractérisée à la fois par une certaine souplesse (c'est une mesure facultative), un vaste champ d'application (pour tout type d'infraction) mais aussi des conditions précises de déploiement.

Consistant à "restaurer le lien social endommagé par l’infraction, à travers la mise en œuvre de différentes mesures associant la victime, l’auteur et la société", elle repose sur 4 prérequis détaillés par le garde des Sceaux :

  • la reconnaissance des faits par les auteurs ;
  • l'information complète des victimes et des auteurs sur la mesure ;
  • le consentement exprès des victimes et des auteurs (un modèle de formulaire de recueil du consentement est proposé en annexe 3 de la circulaire) ;
  • l'intervention d'un tiers indépendant formé.

Des exemples de mesures de justice restaurative sont fournis en annexe 1 de la circulaire (rencontres condamnés-victimes, conférence de groupe familial...).

Prudence à l'égard des mineurs

Le ministère de la justice entend cadrer la mise en œuvre des mesures de justice restaurative concernant les mineurs. Il requiert ainsi :

  • l'association des représentants légaux au processus ;
  • et une évaluation de "la capacité de l’adolescent à mesurer les effets de son acte sur la victime et sa volonté de s’engager" dans un tel dispositif.

Impartialité et technicité

À noter encore que si le tiers chargé de la mesure peut être un membre du personnel du secteur public ou associatif habilité de la PJJ, il ne doit pas, par ailleurs, être chargé du suivi de l’auteur ou de la victime mineure. Interdiction couplée à l'obligation pour tout tiers exerçant la mesure de justice restaurative :

  • d'être impartial ;
  • de présenter des qualités relationnelles ;
  • d'avoir des compétences "garantissant le bon déroulement de la mesure".

Formation

Ces conditions impliquent que les acteurs concernés soient spécifiquement formés. Ce, tant dans le cadre de leur formation initiale que de leur formation continue. Le garde des Sceaux évoque par ailleurs des "actions de sensibilisation" à organiser localement ("semaine de la justice restaurative", conférences, etc.).

Source : circulaire du 15 mars 2017, BO Justice du 31 mars.

Sybilline Chassat-Philippe






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 161 - février 2018
Absentéisme : une urgence, pas une fatalité
Voir le sommaire

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne
Offres d'emploi
Cette semaine 20 annonce(s)
JURALLIANCE

Chargé de communication (H/F)

INSTITUT DU TRAVAIL SOCIAL Tours

Responsable du Pôle Formations Supérieures Ingénierie et Recherche (H/F)

ALGEEI

Directeur (H/F)

LIGUE HAVRAISE

Directeur des Ressources Humaines (H/F)

ADPED 94

Directeur (H/F)

URIOPSS Bourgogne Franche-Comté

Conseiller technique (H/F)

FONDATION ROTHSCHILD

Directeur d'établissement (H/F)

UGECAM NORD PAS-de-CALAIS

Directeur d’un pôle d’Instituts Thérapeutique, Educatif et Pédagogique (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] 2017

La cérémonie de remise du 13è Trophée Direction[s] s'est tenue le 30 novembre à Paris, en présence de plus de 150 invités. Un grand merci à tous !

Direction[s] vous donne rendez-vous en 2018 pour son 14è Trophée !
________________________________________

Le 13è Trophée Direction[s] a été organisé sous le haut patronage d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé
Et de Sophie Cluzel, secrétaire d'état chargée des personnes handicapées

                   

Et en partenariat avec :   

         

                                 

Espace pratique