Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Instructeur en locomotion
Instructeur en locomotion

30/11/2007

Sous la responsabilité d'un médecin, en partenariat avec d'autres professionnels, l'instructeur en locomotion enseigne les techniques compensatoires pour les déplacements des malvoyants.

Permettre aux personnes déficientes visuelles de se déplacer avec aisance, en sécurité et de la façon la plus autonome, telle est la mission des instructeurs en locomotion. Il s'agit d'une discipline récente - les premières formations remontent aux années 60 - mais l'arrêté créant le certificat d'aptitude à l'éducation et à la rééducation de la locomo-tion auprès des personnes déficientes visuelles (CAERLDV) date du 19 novembre 1997. Aujourd'hui, on en compte 150 en France qui exercent dans les établissements spécialisés (enfants et adultes), les centres de réadaptation, au sein des services ambulatoires, des centres de formation professionnelle. Et le secteur des personnes âgées commence à recruter.

Pour entamer le cursus de formation, il faut être titulaire de l'un des diplômes suivants :

psychorééducateur, masseur kinésithérapeute, ergothérapeute, infirmier, éducateur spécialisé,

une licence en sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps),

un certificat d'aptitude aux actions pédagogiques spécialisées d'adaptation et d'intégration scolaire (Capsais),

ou enfin d'un certificat d'aptitude à l'Enseignement général aux aveugles et déficients visuels (CAEGADV).

« Nous demandons, en plus, deux ans de pratique », précise Nadine Dutier, formatrice à l'Association pour les personnes aveugles et malvoyantes, l'unique centre de formation, « parce que la profession s'appuie sur des acquis préalables, propres aux diplômes de base ». La formation dure 31 semaines : stage professionnel d'au moins huit semaines auprès d'un instructeur diplômé, précédé d'un stage d'observation, puis enseignement pratique en simulation de 430 heures. « Le coût élevé - près de 11 000 euros - s'explique par le nombre de formateurs qui encadrent l'étudiant, surtout lors des simulations », poursuit Nadine Dutier. Cette formation complémentaire est valorisée dans la convention collective de 1966 de dix points.

Professionnel du domaine médical, l'instructeur agit sur prescription. Et exerce en séances exclusivement individuelles. Considérant la personne dans sa globalité, il adapte son intervention en fonction du vécu des patients et de leur rythme. Il leur enseigne - des enfants aux personnes âgées - l'ensemble des techniques et des stratégies pour compenser les difficultés liées aux déplacements : canne, repères tactiles, auditifs, odorants, mémoire, comptage des pas, etc. Comprendre ce qui entoure, apprendre à écouter pour se situer par rapport aux bruits, évaluer les distances, les identifier. En extérieur comme en intérieur, dans des situations réelles ou simulées, de jour comme de nuit.

En partenariat avec l'orthoptiste, il optimise le capital visuel existant, avec l'opérateur en autonomie de la vie journalière, l'AVJiste (voir encadré), et permet au patient de (re)-découvrir son autonomie dans sa vie quotidienne.

 

Point de vue

Béatrice Souquet, responsable du centre de formation de la Fédération pour l'insertion des personnes sourdes et aveugles en France.

« Si l'instructeur amène la personne malvoyante dans la rue, l'AVJiste (opérateur en autonomie de la vie personnelle) l'aide par exemple, à réaliser ses emplettes. Mais il peut l'aider aussi à apprendre à se maquiller, à s'adresser à d'autres personnes... Son but est de construire avec l'usager sa propre autonomie dans les actes de la vie quotidienne, de l'aider à se confronter à la réalité. Contrairement à celle de l'instructeur, la formation est universitaire, dure un an et débouche sur le diplôme universitaire de formateur d'adultes. Elle se déroule en 440 heures de théorie à l'université Paris XIII et 240 heures de stage en établissement et coûte 6700 euros. Elle est ouverte aux bac + 2, éducateur spécialisé, rééducateur, etc., après entretien préalable. Actuellement, c'est une majorité d'ergothérapeutes et de psychomotriciens qui la suivent. Les deux formations - instructeur et opérateur - se complètent bien. »

En savoir plus

Textes :

arrêtés du 19 novembre 1997 et du 19 novembre 1999.

Sites internet www.enfant-aveugle.com Association@rbvpdl-prox.fr www.fisaf.asso.fr

Centres de formation pour les instructeurs en locomotion : Association pour les Personnes aveugles et malvoyantes Tél. : 01 40 44 67 69.

Fédération pour l'insertion des personnes sourdes et des personnes aveugles en France Tél. : 05 57 77 48 30.


La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires


Le Magazine

N° 204 - janvier 2022
Droits et libertés des publics. Vingt fois sur le métier
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
C.D.E Leclerc Chauvin

Cadre socio-éducatif (H/F)

Association Mlezi Maoré

Directeur d'IME/SESSAD H/F

Association Mlezi Maoré

CHEF DE SERVICE ESR/SAMIF/ADMINISTRATEUR AD’HOC H/F

RIVP

Responsable technique de secteur F/H

ALTERITE

Chef de service (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

sub Aap Découvrez Direction[s] Clés en vidéo En savoir plus Je m'abonne