Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Fonction publique hospitalière
Logement de fonction : enfin le décret !

28/01/2010

Initialement prévu pour juillet dernier et en discussion depuis 2004, le décret qui fixe les conditions d'attribution des logements de fonction aux personnels de direction et à certaines catégories de cadres de la fonction publique hospitalière est enfin publié. Pour le Syndicat national des cadres hospitaliers (SNCH), ce texte marque « une réelle avancée, malgré des imperfections ». Un point de vue partagé par le Syncass-CFDT.

Nécessité absolue de service

Les directeurs des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux (D3S) sont logés «par nécessité absolue de service», du seul fait de leur statut. En revanche, les ingénieurs, cadres socio-éducatifs, cadres de santé, responsables de pouponnières se voient concéder un logement sous conditions. Ils doivent, en effet, assurer en contrepartie, un minimum de 40 journées de garde par an. Un seuil que le SNCH juge trop élevé. « Le tableau de garde est de la responsabilité du chef d'établissement. Il aurait été plus cohérent de le laisser en définir les conditions, selon les situations locales, plutôt que selon un principe général », critique, de son côté, le Syncass-CFDT.

Indemnité compensatrice

Les personnels de direction ou les cadres sont logés à titre gracieux en priorité dans le patrimoine de l'établissement. À défaut, deux solutions leur sont proposées : bénéficier d'un logement « dont la localisation est compatible avec la mise en œuvre des gardes de direction » ou percevoir une indemnité compensatrice mensuelle. Celle-ci est fixée non pas en points d'indice, mais en euros. Et son montant varie selon la zone d'habitation. « Le choix du logement extérieur est une décision de l'établissement et non du fonctionnaire. S'il est normal que l'intérêt de l'établissement prime, le choix pouvait être laissé à la personne entre la location et l'indemnité », regrette le Syncass-CFDT. Par ailleurs, les personnels qui jouissent d'un logement de fonction, par nécessité absolue de service, ne peuvent pas prétendre à la rémunération d'heures supplémentaires.

Si le texte précise que les fonctionnaires en recherche d'affectation peuvent conserver leur logement de fonction jusqu'à l'obtention d'un nouveau poste, il ne fait aucune référence aux D3S mis en disposition.

Utilité de service

En contrepartie du paiement d'un loyer mensuel, certaines catégories de fonctionnaires peuvent occuper un logement de fonction, dans l'établissement ou à proximité immédiate, « par utilité de service ». La décision d'attribution revient au directeur, ou, le cas échant à l'autorité compétente (exemple : le conseil général) pour les structures non dotées de la personnalité morale.

Enfin, les fonctionnaires qui disposaient d'un logement de fonction avant l'entrée en vigueur du décret et qui ne satisfont pas aux nouvelles conditions (nécessité absolue de service ou utilité de service) peuvent en disposer encore pendant une durée maximale de deux ans.

Décret n°2010-30 du 8 janvier 2010 Arrêtés du 8 janvier 2010
Nadia Graradji






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 204 - janvier 2022
Droits et libertés des publics. Vingt fois sur le métier
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association Mlezi Maoré

Directeur d'IME/SESSAD H/F

Association Mlezi Maoré

CHEF DE SERVICE ESR/SAMIF/ADMINISTRATEUR AD’HOC H/F

RIVP

Responsable technique de secteur F/H

ALTERITE

Chef de service (H/F)

Centre Armançon

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.