Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Budget de la Protection judiciaire de la jeunesse
Pas de répit pour le secteur associatif habilité

21/03/2012

C’est une campagne budgétaire serrée qui s’annonce à nouveau pour les établissements et services de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Pour ceux relevant de tarification exclusive de l’État, la valeur du point d’indice n’évoluera pas et les dépenses relatives à l’exploitation courante et aux charges de structure devront même diminuer de 3,5 % par rapport à 2011. La maîtrise des dépenses concerne également la gestion des structures relevant d’une tarification conjointe. « Les associations s’interrogent sur la possibilité de concilier la qualité de leurs services, et a fortiori son amélioration, avec la rigueur budgétaire imposée », s’inquiète Michel Folliot, président de la Fédération nationale des services sociaux spécialisés de protection de l’enfance et de l’adolescence en danger (FN3S).

Année de transition

D’autant que la PJJ ne financera plus les suractivités des structures du secteur associatif habilité (SAH), l’administration visant une meilleure articulation avec le service public. Pour Michel Folliot, le SAH fait plutôt office de « variable d’ajustement ». Avec la nouvelle mesure judiciaire d’investigation éducative (MJIE) (1), certains services d’investigation pourraient perdre jusqu’à 30 % de leurs effectifs. Son mode de tarification « ne garantit pas une stabilisation des organigrammes à partir du moment où est introduit dans le calcul du prix à l’acte le "ratio fratrie" [la moyenne du nombre de mineurs par famille] propre à chaque service et qui varie d’année en année », ajoute-t-il. À noter : en 2012, l’assiette de calcul de ce ratio pourra, exceptionnellement, être ramenée aux deux derniers exercices, au lieu des trois derniers. Conformément à la demande du SAH, une évaluation du mode de tarification de la MJIE devrait toutefois être réalisée « à terme ». « L’administration considère 2012 comme une année de transition, analyse Michel Folliot. C’est sans compter sur la phase évaluative qui mettra certainement en évidence des difficultés dans la mise en œuvre de cette réforme. La réaction des magistrats risque d’être sans appel, fut-elle tardive. »

Dotation globale

Quant aux 34 centres éducatifs fermés (CEF), l’accent est mis sur la convergence vers la norme de 24 équivalents temps plein pour 12 places. Objectif ? Que « d’ici la fin de l’année, les moyens accordés soient en conformité avec cet objectif ». Ces CEF passeront en dotation globale de financement dès 2013, régime qui s’appliquera l'année suivante aux autres structures mettant en œuvre des mesures de placement. Pour accompagner cette évolution, un groupe de travail devrait rendre ses travaux à la mi-juin.

Circulaire 201210009508 du 17 février 2012

(1) Lire Direction(s) n° 89, p. 12

Aurélia Descamps

Publié dans le magazine Direction[s] N° 95 - mai 2012






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 181 - décembre 2019
15e Trophée. L'audace à l'honneur
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Ville de Paris

DIRECTEUR ADJOINT D'ETABLISSEMENT (H/F)

Association AURORE

Chef de Service Espace Dynamique d'Insertion (H/F)

INSTITUT DE FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL

FORMATEUR (H/S)

Délégation générale Groupe SOS

UN-E DIRECTEUR-TRICE EHPAD HAGONDANGE (57) H/F

LE CONNETABLE

DIRECTEUR ASSOCIATIF (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] s'est tenue le 27 novembre 2019. Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour l'édition 2020 !

Le Trophée Direction[s] est organisé sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018