Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Structures sous CPOM
Des dotations modulables

23/05/2018

En application des lois de financement de la Sécurité sociale pour 2017 et 2018, un projet de décret organise la modulation des tarifs des établissements et services médico-sociaux (ESMS) qui n’atteindraient pas les objectifs d’activité fixés dans leur contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM). Qui est concerné ? Les signataires d’un CPOM obligatoire [1] ainsi que les structures entrant dans le périmètre d’un CPOM pluriétablissements (y compris lorsqu’elles ne relèvent pas du premier cas).
Le texte permet de prévoir une modulation à la baisse de la dotation ou du forfait en cas de non-réalisation des objectifs prévus au contrat. L’enjeu pour Nadia Ben Ayed, avocate au cabinet Seban et associés ? « Que les gestionnaires puissent approuver le principe d’une telle clause au regard de leur situation et, surtout, qu’ils aient la possibilité de négocier tant l’objectif d’activité que les modalités pour y parvenir. Ce que la démarche de contractualisation actuellement à l’œuvre ne permet pas de garantir sur le terrain ».

Un texte trop imprécis

Si le projet de décret prévoit que l’activité « s’apprécie en fonction des catégories d’établissements et services, au regard de la nature de leurs missions et de leurs modes de fonctionnement », il est, selon l’avocate, « trop imprécis et ne présente pas suffisamment de garanties pour les gestionnaires quant à la méthode permettant de mesurer l’activité et quant à la prise en compte de ses spécificités dans les différentes catégories de structures ». C’est pourquoi l’organisation patronale Nexem, consultée avec d’autres par l’administration [2], souhaite que l’hétérogénéité des pratiques d’évaluation de l’activité (journée, acte, séance, intervention…), ou encore les particularités des publics et des accompagnements, soient intégrées. Autre point noir pour Nadia Ben Ayed : « Les conditions d’abattement ne sont pas suffisamment encadrées, ce qui laisse une marge d’appréciation unilatérale pour l’autorité de tarification ».
Pour accompagner le dispositif, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) travaille sur la rédaction d’un guide afin de fixer un cadre de référence en la matière. Mais « ce document n’aura aucun caractère opposable, déplore Nadia Ben Ayed. Ces éléments devraient être définis par le décret ».

[1] Les structures du champ du handicap et les services de soins infirmiers à domicile (Ssiad).

[2] Concertation qui se poursuit jusqu’au 21 juin.

Noémie Colomb

Publié dans le magazine Direction[s] N° 165 - juin 2018






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 199 - juillet 2021
Sexualité des usagers. Vers la fin du tabou ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
APSI

DIRECTEUR H/F

Fondation Jacques Chirac - Mas les Tamaris

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

ACTION ENFANCE

CHEF DE SERVICE H/F - CHATEAUNEUF SUR LOIRE (45) - CDI

Association Les Papillons Blancs de l'Autunois

CHEF DE SERVICE (H/F)

PEP 71

Directeur de Pôle H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.