Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Travaux interdits aux mineurs
Une procédure de dérogation allégée

23/10/2013

Voilà qui devrait simplifier la vie des directeurs d’établissements et services accueillant des mineurs en formation professionnelle dans le champ du handicap ou de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) [1]. Si l’accès de ces usagers à certaines activités considérées comme dangereuses avait déjà été ouvert par la loi « Paul Blanc » en 2011 [2], la procédure de dérogation à l’interdiction d’effectuer certains travaux dits interdits pour ceux de plus de 15 ans, est maintenant assouplie.

Encadrement du jeune

Auparavant annuelle, celle-ci est accordée par l’inspection du travail pour trois ans. Surtout, une seule autorisation est désormais requise par établissement. « Avant, il fallait faire une demande par jeune, ce qui s’avérait lourd à gérer, observe Véronique Bustreel, conseillère nationale travail, emploi, formation et ressources à l’Association des paralysés de France (APF). Pour autant, le texte s’attache également à sécuriser le travail de ces usagers, ce qui nous paraissait très important. » Outre la nécessité d’avoir procédé à l’évaluation des risques et à la mise en œuvre d’actions de prévention, l’encadrement du mineur doit être assuré durant l’exécution des travaux. Et un avis médical annuel d’aptitude est toujours requis pour chaque jeune concerné.

Période transitoire

« Le décret est paru un peu tardivement par rapport à la rentrée scolaire », regrette néanmoins Véronique Bustreel. À titre transitoire, les autorisations individuelles en cours restent valides jusqu’à leur échéance. La liste des activités réglementées est également actualisée. Parmi elles ? Les travaux en hauteur, en milieu confiné et ceux exposant à un risque d’origine électrique. « Il fallait évoluer vis-à-vis de certaines catégorisations anciennes, estime-t-elle. Ces nouveautés, qui touchent tous les employeurs, sont aussi intéressantes pour les jeunes en stage ou en alternance en milieu ordinaire. »

[1] Notamment les instituts médico-éducatifs (IME), les établissements et services d’aide par le travail (Esat) ou les centres éducatifs fermés (CEF).

[2] Loi du 28 juillet 2011

Décrets n° 2013-914 et 2013-915 du 11 octobre 2013

Aurélia Descamps

Publié dans le magazine Direction[s] N° 113 - novembre 2013






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 199 - juillet 2021
Sexualité des usagers. Vers la fin du tabou ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
APSI

DIRECTEUR H/F

Fondation Jacques Chirac - Mas les Tamaris

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

Association Les Papillons Blancs de l'Autunois

CHEF DE SERVICE (H/F)

ACTION ENFANCE

CHEF DE SERVICE H/F - CHATEAUNEUF SUR LOIRE (45) - CDI

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.