Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Gouvernance de la protection de l’enfance
Le scénario de la Cour des comptes

19/08/2020

Décidément, plus un seul rapport qui ne souligne l’urgence de refonder la gouvernance nationale de la protection de l’enfance, priorité réaffirmée du secrétariat d’État désormais élargi aux familles. Dans un référé rendu public fin juillet [1], c’est au tour de la Cour des comptes de se pencher sur le pilotage de cette politique publique qui « soulève des questions complexes, en raison de son caractère à la fois interministériel et décentralisé ». Son diagnostic ? Conseil national (CNPE), Observatoire national (ONPE), groupement d’intérêt public Enfance en danger (Giped)… Une multiplication d’instances difficiles à coordonner et qui « peinent à remplir leur rôle » respectif.

C’est donc dans un souci de simplification et de clarification que les Sages préconisent de raisonner davantage par mission, et non plus par structure. Par exemple, en confiant à la seule Direction de la recherche, des études, de l’évaluation (Drees) le champ de la production statistique, aujourd’hui partagé avec l’ONPE. Ou encore, en recentrant dans le giron de ce dernier les missions d’animation de la recherche et de convergence des pratiques locales, en partie exercées aussi par le CNPE et la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS).

Le CNPE dépecé

Les magistrats recommandent également d’en finir avec le CNPE. Ce après avoir transféré sa fonction consultative, et notamment la production d’avis au gouvernement, au Haut Conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge (HCFEA), non sans avoir révisé au préalable la composition et l’organisation de celui-ci. Un piste à rebours de celle prévue par la Stratégie de prévention et de protection de l’enfance, dévoilée en octobre dernier [2] : celle-ci prévoit la dissolution du conseil, et donc de ses activités, au sein d’un futur organisme réunissant aussi l’Agence française de l’adoption (AFA) et le Giped. Sur ce point, le jeu reste ouvert, ont assuré fin juillet les services du Premier ministre Jean Castex. Du moins d'ici au verdict de la mission de l’inspection générale Igas, qui était toujours attendu mi-août.

[1] Référé n° S2020-0694 du 22 avril 2020

[2] Lire Direction[s] n° 180, p.8

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 189 - septembre 2020






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 198 - juin 2021
Ressources humaines. Le digital étend sa toile
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association Au Fil de la Vie

Directeur Général H/F

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

Département de Haute-Loire

Responsable Action sociale Insertion H/F

GCSMAS Envol

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

ADSEA 01

CHEF DE SERVICE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.