Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Protection judiciaire de la jeunesse
Une campagne budgétaire à l’ère du Covid

19/08/2020

Souplesse et compréhension. Dans ses orientations budgétaires 2020, la Direction de la protection judiciaire et de la jeunesse (DPJJ) appelle d’emblée à tenir compte du contexte sanitaire dans les procédures de tarification du secteur associatif habilité (SAH). Un préambule qui confirme la réactivité et la disponibilité dont elle a fait preuve ces derniers mois, soutient Sophie Diehl, conseillère technique Justice des enfants et des adolescents à la fédération Citoyens et Justice : « La DPJJ a pris soin de communiquer très tôt sur la manière dont elle comptait accompagner les associations, notamment en finançant les journées et mesures non réalisées et en reprenant les remplacements nécessaires à la continuité de notre mission. Ce, bien avant la publication des ordonnances relatives au secteur social médico-social [1]. Leur volonté a été de permettre au dispositif de fonctionner au mieux durant et après la crise. » 

Quid de la prime Macron ?

Un appui qui se manifestera aussi par le financement de la prime Covid pour les salariés concernés du SAH, a-t-on confirmé aux professionnels… Contrairement à la prime dite Macron : les associations devront mettre à contribution leurs fonds propres, en profitant par exemple du fruit des allégements fiscaux (ex-crédit d’impôt de taxe sur les salaires  – CITS), prévient la DPJJ.  

Pour le reste des orientations, travaillées avant la crise, « l’objectif d’optimisation des moyens » reste inchangé. Montant des crédits ? Plus de 229 millions d’euros (dont 4,2 millions de réserve de précaution). De quoi, affirme l’administration, permettre une activité équivalente à l’an dernier et une progression de la masse salariale (+1 %). Tout en assurant le financement des mesures nouvelles (volume croissant des mesures judiciaires d’investigation éducative – MJIE, renforcement de la pluridisciplinarité des services ad hoc…).

Financement insuffisant

Intenable selon les fédérations qui plaident pour l’ouverture de lignes budgétaires spécifiques concernant le développement de la justice restaurative, de la mesure éducative d’accueil de jour (MEAJ) et le placement à domicile au pénal entre autres. « L’accompagnement des mineurs requiert de disposer d’un large éventail de réponses, impossible à proposer aujourd’hui faute de financement suffisant, reprend Sophie Diehl. Espérons que les débats du très attendu Code de justice pénale des mineurs permettront d’affiner certains dispositifs et d’y adjoindre le budget correspondant. » Les mesures d’aide à investissement prévues par le plan Centres éducatifs fermés (CEF) 2019-2022 (2,3 millions d'euros en 2020) et celles relatives au placement séquentiel dans les CEF feront l’objet d’enveloppes ultérieures.

Circulaire n° JUSF2018686C du 15 juillet 2020

[1] Ordonnances n° 2020-306 du 25 mars et n° 2020-737 du 17 juin 2020

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 189 - septembre 2020






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 198 - juin 2021
Ressources humaines. Le digital étend sa toile
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association EMPREINTES

Directeur de Secteur (H/F)

Association Au Fil de la Vie

Directeur Général H/F

IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

Département de Haute-Loire

Responsable Action sociale Insertion H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.