Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Contrats de remplacement
Attention à la requalification !

09/06/2010

Un salarié employé pendant deux ans, dans le même établissement avec 23 contrats à durée déterminée de remplacement, occupe un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise.

Cour de cassation, chambre sociale, 24 mars 2010, n° 08-42.186

« Le contrat de travail à durée déterminée, quel que soit son motif, ne peut avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise »

L'analyse. Le recours au contrat à durée déterminée est très encadré par la loi. Il ne peut ainsi être conclu que dans certaines situations limitativement énumérées par le Code du travail (1) et, en tout état de cause, ne peut servir qu'à l'exécution d'une tâche précise et temporaire. En d'autres termes, en matière de contrat de travail, le contrat à durée indéterminée (CDI) est la règle, et le contrat à durée déterminée l'exception. Pour pourvoir un poste lié à l'activité normale et permanente de l'établissement, le recours au contrat à durée déterminé est impossible (2).

Le remplacement d'un salarié absent est l'un des cas de recours au contrat à durée déterminé permis par le Code du travail. Plus précisément, le recours à ce contrat est autorisé pour plusieurs cas :

- salarié absent (par exemple, en congés) ;

- salarié passé provisoirement à temps partiel (par exemple, en congé parental à temps partiel) ;

- salarié dont le contrat est suspendu (par exemple, en cas de maladie) ;

- salarié embauché en contrat à durée indéterminée, mais dont l'entrée en service n'est pas encore effective (par exemple, s'il a un préavis à effectuer chez son précédent employeur) ;

- salarié ayant quitté l'établissement définitivement et dont le poste va être supprimé.

En l'espèce, une salariée avait été engagée pour exercer les fonctions d'auxiliaire médico-psychologique, cumulant 23 contrats de travail à durée déterminée dont les motifs de recours étaient le remplacement de salariés en maladie, en congé annuel ou de récupération ou encore en formation. Ces contrats ont couru sur une période de plus de deux années consécutives. Si chaque motif de recours au contrat à durée déterminée de remplacement était bien justifié au regard des dispositions légales, le nombre élevé de contrats successifs et la durée totale pendant laquelle la salariée a été embauchée dans l'établissement a posé problème.

Pourvoir durablement à un emploi

En effet, pour la Cour de cassation, la régularité d'un besoin de remplacement, entraînant un renouvellement systématique des engagements conclus avec l'intéressée pour l'exercice des mêmes fonctions pendant une durée de deux ans, impliquait que le recours au contrat à durée déterminée avait, en réalité, pour objet et pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise.

En d'autres termes, si le besoin de remplacement dans un établissement n'est pas simplement ponctuel, mais s'avère réellement structurel, il est le révélateur d'un sous-effectif qui ne doit pas, et ne peut pas légalement, être pourvu par une succession de contrats à durée déterminée dont ce n'est pas l'objet. Ce sous-effectif pourra être absorbé, par exemple, par une nouvelle organisation du travail, une augmentation éventuelle du volume horaire des salariés à temps partiel s'il y en a, ou encore par une embauche en contrat à durée indéterminée.

En cas de recours au contrat à durée déterminée pour pourvoir un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise, l'employeur encourt différents types de sanctions. La première est la requalification du contrat de travail par le juge en contrat à durée indéterminée.

Sanctions financières

Les autres sanctions sont financières : tout d'abord, la requalification entraîne la condamnation de l'employeur à verser une indemnité de requalification du contrat en CDI dont le montant sera d'au moins un mois de salaire (3). Ensuite, si le contrat requalifié avait déjà pris fin lors de la requalification, celle-ci entraîne également la condamnation à verser au salarié des indemnités de rupture d'un contrat à durée indéterminée. En effet, le contrat à durée déterminée étant en réalité un contrat à durée indéterminée, sa rupture est un licenciement, et doit être indemnisée comme tel. Or, l'ensemble de la réglementation relative au licenciement n'a nécessairement pas été respectée (entretien préalable, notification, cause réelle et sérieuse), la rupture est donc à la fois irrégulière (non-respect de la procédure) et injustifiée (absence de cause réelle et sérieuse). L'établissement pourra donc être condamné à verser d'une part les indemnités de rupture habituelles, c'est-à dire l'indemnité de licenciement, ainsi que celle de préavis et de congés payés, mais également une indemnité pour rupture abusive et/ou non-respect de la procédure. Enfin, en cas de requalification de son contrat en CDI, l'indemnité de précarité que le salarié a perçue à l'issue de son CDD lui restera acquise.

Au regard de la lourdeur des sanctions possibles, le recours au contrat à durée déterminée doit donc faire l'objet de précautions...

(1) Articles L1242-2 et L1242-3 (2) Article L1242-1 (3) Article L1245-2
Florence Riquoir, juriste Cabinet Capstan, pôle santé






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

GROUPE SOS Jeunesse

CHEF/FE DE SERVICE MECS LES TOURELLES H/F

Délégation générale Groupe SOS

Directeur·trice d'Antenne de Nanterre pour son dispositif d'intermédiation locative H/F

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

France Terre d'Asile

Directeur Administratif et financier (F/H)


Voir toutes les offres
Agenda
28 octobre 2021, à distance

Innover pour le bien vieillir : quelles alternatives à l'Ehpad ?

3 novembre 2021, à Taissy (Marne)

C’est ma vie, c’est moi qui choisis !

4 au 5 novembre 2021, à Paris

Vous avez l’heure, nous avons le temps…

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.