Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Emplois d'avenir
Formation : les branches s’organisent

06/02/2013
L’Usgeres (ici, Sébastien Darrigrand, délégué général) a signé le 14 janvier une convention-cadre avec l’État.

Quels moyens pour soutenir le déploiement des emplois d’avenir ? Pour répondre aux besoins de formation, les branches du secteur dévoilent peu à peu leur stratégie. L’organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) de l’économie sociale et solidaire, Uniformation, va consacrer 20 millions d’euros au dispositif en 2013. « Comme nos besoins sont plus importants sur des emplois de niveaux IV à III [bac à bac + 2], le travail de formation sera conséquent, note Sébastien Darrigrand, délégué général de l’union d’employeurs Usgeres. La montée en charge de ces contrats aidés dépendra surtout de la capacité des structures à recruter dans une situation économique tendue. »

Faire du sur-mesure

Dans la branche associative sanitaire et sociale (Bass), on mise en particulier sur le travail de proximité. « Les partenaires sociaux de l’OPCA sont mobilisés pour la réussite des emplois d’avenir, qui sera surtout fonction de la qualité du travail local en réseau, entre les missions locales, les employeurs et les organismes de formation, observe Jean-Marie Poujol, vice-président de l’OPCA Unifaf, représentant le collège employeurs Unifed, au titre du syndicat d’employeurs Syneas. Les besoins existent, sur le métier d’aide-soignant par exemple. » Comme l’Usgeres, l’Unifed a déjà conclu une convention-cadre avec l’État sur le volet formation du dispositif. Unifaf a décidé de réserver 5 millions d’euros en 2013 à la prise en charge des coûts pédagogiques notamment [1]. « Plusieurs types de parcours sont éligibles à ces financements : remise à niveau, professionnalisation, pré-qualification et qualification. L’objectif étant de faire du sur-mesure », précise Jean-Marie Poujol. Les OPCA devraient aussi bénéficier de la participation financière de l’État et du fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP). Côté collectivités, le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) réclame une contribution supplémentaire aux employeurs qui auront recours au dispositif (0,5 % de la masse salariale brute des jeunes concernés) [2].

[1] Une partie des coûts annexes de formation peuvent aussi être pris en charge, ainsi que 25 % de la rémunération des bénéficiaires pendant leur formation (seulement pour un parcours certifiant).

[2] Décret n° 2013-37 du 10 janvier 2013

Aurélia Descamps

Publié dans le magazine Direction[s] N° 105 - mars 2013






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 189 - septembre 2020
Accès aux soins. Quel remède miracle ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Département de la Haute Garonne

DIRECTEUR ADJOINT DE LA COORDINATION ET DU DEVELOPPEMENT SOCIAL

APAJH Alpes de Haute Provence

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

UGECAM NORD-EST

DIRECTEUR (H/F)

FAM Héméralia

Responsable Administratif et Financier

Sauvegarde de Seine Saint Denis

DIRECTEUR DES SERVICES ET DE L'ACTIVITE (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
30 septembre au 2 octobre 2020, à Issoudun (Indre)

Évaluer... Évoluer : le sens de la mesure

30 septembre au 2 octobre 2020, à Toulouse

Travail social et numérique : évolution ou révolution ?

2 octobre 2020, à Paris

Quelle société pour demain ?

5 octobre 2020, à Paris

Psychiatrie, santé mentale et parcours des personnes vulnérables...

5 et 6 octobre 2020, à Rennes

Éthique et vieillissement


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.