Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Droit du travail
La diffusion d'informations assouplie

20/08/2014

Depuis le 28 juin dernier, les employeurs n’ont plus l’obligation d’afficher certaines informations dans les locaux de l'entreprise. À la place, ils peuvent les diffuser au personnel « par tout moyen », stipule une ordonnance portant simplification et adaptation du droit du travail. Cependant, pour certaines d’entre elles, ils doivent s’assurer que le mode de communication utilisé (par exemple, la messagerie électronique) permette de leur conférer « une date certaine ». Sont ainsi concernés :

  • les dispositions du Code pénal relatives au harcèlement sexuel, moral et à la discrimination [1] ;
  • les offres d'emploi disponibles dans le cadre de la priorité de réembauche d’un an pour les licenciés économiques ;
  • le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) et sa validation administrative dans les entreprises dépourvues de délégué du personnel (DP) ou de comité d’entreprise (CE) ;
  • les informations relatives aux élections des DP et du CE et à leur organisation (date envisagée, invitation des organisations syndicales à la négociation du protocole d’accord préélectoral, éventuel procès-verbal de carence…).

Transmission à l’administration

En outre, l’ordonnance assouplit les obligations en matière de délivrance de documents à l’administration. Le procès-verbal de carence après les élections des représentants du personnel peut ainsi être envoyé « par tout moyen » à l’inspection du travail, et uniquement à sa demande pour ce qui est de l’accord préélectoral et de la déclaration relative à l’exécution de travail à domicile. Les informations récurrentes diffusées au CE devant être délivrées à l’administration sont désormais mises à sa disposition via la base de données (BDD) économiques et sociales, et leur actualisation dans cet outil vaut transmission.

À noter enfin que le non-respect du délai de prévenance pour une rupture de période d’essai ouvre droit à une indemnité compensatrice pour le salarié visé. Sauf en cas de faute grave.

Ordonnance n° 2014-699 du 26 juin 2014

[1] Respectivement les articles 222-3, 222-33-2 et 225-1 à 225-4.

Justine Canonne

Publié dans le magazine Direction[s] N° 123 - septembre 2014






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F

Délégation générale Groupe SOS

Directeur·trice d'Antenne de Nanterre pour son dispositif d'intermédiation locative H/F

IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

Délégation générale Groupe SOS

CHEF/FE DE SERVICE H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.