Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

GRH
Quelles informations aux employeurs ?

21/09/2016

Le ministère de la Justice revient sur les deux nouveaux régimes d’information des employeurs de certaines décisions pénales relatives à leurs salariés ou à leurs bénévoles [1]. Ainsi, les personnes publiques et morales de droit privé chargées d’une mission de service public peuvent être averties de la condamnation, de la saisine d’une juridiction (par le procureur ou un juge d’instruction) et de la mise en examen des personnes dont l’activité professionnelle ou sociale est placée sous leur autorité. C’est au procureur de la République qu’il revient d'en décider, s’il « l’estime nécessaire […] pour mettre fin ou prévenir un trouble à l’ordre public ou pour assurer la sécurité des personnes et des biens ». Objectifs attendus ? Permettre aux établissements et services, une fois saisis de cette information confidentielle, de prendre les mesures ad hoc (suspension d’activités, poursuites disciplinaires, retrait d’agrément…). Cependant, « contrairement aux pratiques antérieures, il n’est plus possible d’informer une administration au stade de la garde à vue », précise la circulaire.

Protection des mineurs

En revanche, cette communication devient obligatoire dès lors que les personnes concernées exercent dans des structures sociales et médico-sociales accueillant des mineurs en particulier. Dans ce cas, toute condamnation (même non définitive) et toute décision de placement sous contrôle judiciaire (avec prononcé de l’interdiction d’exercer), liées à des infractions graves, à caractère violent ou de nature sexuelle, devront être notifiées [2]. Selon les situations, le président du conseil départemental, le préfet, le directeur général de l’agence régionale de santé (ARS) ou celui interrégional de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) en seront aussi destinataires.  

Contenu de la transmission

Les données sont envoyées par écrit, éventuellement par courriel. Outre les coordonnées de la personne mise en cause, sont notamment détaillées la nature de la décision judiciaire, la qualification juridique des faits reprochés, leur description et leur date de commission, ainsi que le nom de l'employeur. Dans tous les cas, le professionnel visé sera averti par l’autorité judiciaire de cette transmission d’informations.

Circulaire du 4 août 2016

[1] Loi n° 2016-457 du 14 avril 2016

[2] Listées en annexe.

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 146 - octobre 2016






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 198 - juin 2021
Ressources humaines. Le digital étend sa toile
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association Au Fil de la Vie

Directeur Général H/F

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

GCSMAS Envol

DIRECTEUR DE POLE (H/F)

ADSEA 01

CHEF DE SERVICE (H/F)

Département de Haute-Loire

Responsable Action sociale Insertion H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.