Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Avis du médecin du travail
Nouvelle procédure de contestation

21/06/2017

La loi Travail du 8 août 2016 a profondément modifié les règles de contestation des avis émis par le médecin du travail [1]. Principal changement ? La démarche doit être effectuée devant le conseil de prud’hommes et non plus auprès de l’inspection du travail. Et ce via un référé, c’est-à-dire en urgence. Ainsi, le salarié ou l’employeur qui veut contester un avis a désormais 15 jours (deux mois auparavant) pour saisir les prud’hommes d’une demande de désignation d’un médecin-expert. « L’employeur doit donc réagir très vite », prévient l'avocat Stéphane Picard. En outre, le demandeur doit en informer le médecin du travail, qui peut être amené à transmettre le dossier médical du salarié à l’expert si ce dernier le lui demande.

Qui paie les frais d'expertise ?

Pour Stéphane Picard, cette nouvelle procédure comporte des zones d’ombre : « Le conseil de prud’hommes a-t-il la possibilité de refuser la désignation d’un médecin-expert, par exemple si le référé ne porte pas sur un élément médical ? On ne sait pas non plus si le salarié doit être informé du recours formulé par l’employeur et s’il doit être convoqué à l’audience devant la juridiction ». Par ailleurs, « le décret du 10 mai ne précise pas dans quels délais le médecin-expert doit être nommé et rendre sa décision », souligne-t-il. Le risque ? Que la démarche prenne plus d’un mois, période à partir de laquelle l’employeur doit reprendre le versement de la rémunération du salarié inapte qui n’a été ni reclassé, ni licencié. Enfin, le texte n'indique pas qui doit payer les frais d’expertise et de procédure. Seule indication : il revient au président de la formation de référé (conseillers prud'hommes) de fixer la rémunération du médecin-expert.

Décret n° 2017-1008 du 10 mai 2017

[1] Avis d’aptitude ou d’inaptitude, propositions d’aménagement du poste de travail, conclusions écrites accompagnant l’avis d’inaptitude et indications relatives au reclassement.

Noémie Colomb

Publié dans le magazine Direction[s] N° 155 - juillet 2017






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
GROUPE SOS Jeunesse

CHEF/FE DE SERVICE MECS LES TOURELLES H/F

France Terre d'Asile

Directeur Administratif et financier (F/H)

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

Délégation générale Groupe SOS

Directeur·trice d'Antenne de Nanterre pour son dispositif d'intermédiation locative H/F


Voir toutes les offres
Agenda
28 octobre 2021, à distance

Innover pour le bien vieillir : quelles alternatives à l'Ehpad ?

3 novembre 2021, à Taissy (Marne)

C’est ma vie, c’est moi qui choisis !

4 au 5 novembre 2021, à Paris

Vous avez l’heure, nous avons le temps…

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.