Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Rupture conventionnelle collective
La nouvelle procédure en détail

24/01/2018

Fin 2017, la rupture conventionnelle collective (RCC) a fait irruption dans le Code du travail. Cette procédure qui ouvre la possibilité, après accord majoritaire, de supprimer plusieurs emplois identifiés et de rompre d’un commun accord le contrat des salariés volontaires [1], ne peut être motivée par des difficultés économiques, rappelle Richard Wetzel, avocat spécialiste du droit du travail : « Faute de quoi l’entreprise prendrait le risque de se voir opposer le recours à un plan de sauvegarde de l’emploi. Le dispositif, qui ne remplacera jamais une vraie politique de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), permet avant tout d’anticiper à moyen ou long terme la restructuration d’une partie de l’activité. » Côté formalisme, les étapes à respecter ont été balisées. Le gestionnaire doit ainsi informer sans délai, par voie dématérialisée [2], la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte) de sa volonté de négocier [3]. Attention toutefois à ne pas négliger le dialogue social en amont : « L’employeur a tout intérêt à faire preuve de pédagogie auprès des salariés, car la RCC peut avoir des conséquences psychologiques importantes sur le personnel qui reste », conseille Richard Wetzel.

Contenu de l’accord 

Le projet doit comporter un certain nombre d’items. Parmi eux ? Les modalités de consultation du comité social et économique (CSE) [3], le nombre maximal de départs envisagés, la durée de mise en œuvre, les conditions d’examen des candidatures et celles de calcul des indemnités de rupture garanties, les conditions de suivi du texte... « Si la loi prévoit une certaine liberté sur le périmètre de la négociation, mieux vaut ne pas en abuser en mentionnant par exemple des critères qui pourraient paraître discriminatoires envers certaines catégories de salariés »,  prévient encore Richard Wetzel. Une fois conclu, l’accord doit être in fine transmis à l’administration pour validation qui dispose de 15 jours pour rendre sa décision. Faute de quoi, il est réputé validé. À noter enfin : le texte doit ensuite faire l’objet d’un suivi régulier, toujours en lien avec la Direccte.

Décrets n° 2017-1723 et n° 2017-1724 du 20 décembre 2017

[1] Sont concernés les accords dont la négociation a commencé à partir du 23 décembre 2017.

[2] Arrêté du 29 décembre 2017

[3] Si l’accord concerne des établissements relevant de plusieurs Direccte, c’est celle du siège de l’entreprise qui doit être avisée en premier lieu.

[4] Ou, à défaut, du comité d’entreprise ou des délégués du personnel.

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 161 - février 2018






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 202 - octobre 2021
Violences faites aux femmes. Protéger encore
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F

Délégation générale Groupe SOS

Directeur·trice d'Antenne de Nanterre pour son dispositif d'intermédiation locative H/F

GROUPE SOS Jeunesse

CHEF/FE DE SERVICE MECS LES TOURELLES H/F

France Terre d'Asile

Directeur Administratif et financier (F/H)

ADPEP 28

DIRECTEUR GENERAL (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
3 novembre 2021, à Taissy (Marne)

C’est ma vie, c’est moi qui choisis !

4 au 5 novembre 2021, à Paris

Vous avez l’heure, nous avons le temps…

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo

16 au 18 novembre 2021, à Paris

Ici, nous cultivons des solutions


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.