Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Mi-temps thérapeutique
Le salaire est dû dès l'avis d'aptitude

19/05/2021

Il est des rappels salutaires. Oui, l’employeur doit rétablir le versement du salaire d’un professionnel déclaré apte à la reprise, et ce même s’il en conteste les aménagements requis par le médecin du travail. C’est le sens d’une récente décision de la Cour de cassation. En l’espèce, après plusieurs mois d’arrêt, une professionnelle a été déclarée apte à une reprise en mi-temps thérapeutique « pour une durée prévisible de trois mois ». Une décision contestée par l’entreprise auprès de l’inspection du travail qui l’annulait quelques semaines plus tard, enjoignant la salariée à réintégrer son poste à temps complet cette fois. Le problème, a ensuite fait valoir cette dernière ? La suspension de sa rémunération entre les deux décisions, l’entreprise ayant considéré que son recours suspendant le retour au travail, elle n’était pas tenue de payer le salaire… Grave erreur, selon la Cour : « La visite de reprise à l’issue de laquelle la salariée a été déclarée apte […] avec aménagement à temps partiel thérapeutique met fin à la période de suspension du contrat de travail provoquée par la maladie. » « La Cour rappelle ici que, malgré la contestation en cours, le salarié n’est plus en arrêt conformément à l’avis d’aptitude, traduit le spécialiste du droit social Olivier Philippot, associé au cabinet Philippot avocat. S’il se tient à la disposition de l’employeur, ce dernier doit le repositionner sur son poste et reprendre le paiement du salaire. Ce n’est pas au salarié de supporter les conséquences de la contestation. » Et de prévenir les gestionnaires : lorsque l’avis d’aptitude reçu comporte des réserves trop contraignantes (port de charges limité, mi-temps thérapeutique…), c’est d’abord vers le médecin du travail qu’il convient de se tourner pour obtenir une nouvelle visite, en expliquant en quoi l’aménagement demandé est impossible.

« S’il refuse de le remplacer par un avis d’inaptitude, seul à même de permettre un licenciement en cas d’impossibilité de reclassement, la contestation aux prudhommes est possible », préconise Olivier Philippot.

Arrêt du 3 février 2021

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 198 - juin 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 200 - septembre 2021
Équipes de direction. Responsables jusqu'où ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association Les Apsyades

Directeur administratif et financier (h/f)

Fondation Jacques Chirac - Mas les Tamaris

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

CDSEA 91

Directeur H/F

Groupe SOS Seniors

Directeur Adjoint du Développement et de l'Innovation (H/F)

VAL de MARNE Le département

Inspecteur de l'enfance H/F


Voir toutes les offres
Agenda
27 et 28 septembre 2021, à Paris et à distance

Congrès national des âges et du vieillissement

27 et 28 septembre 2021 à Paris

Les Esat, producteurs d'inclusion

28 au 30 septembre 2021, à Paris ou à distance

La participation : une voie vers l'inclusion?

28 septembre 2021, à Nantes

L’âgisme en Ehpad : comment y faire face ?

30 septembre 2021, à Toulouse

La qualité de vie au travail des directeurs.trices de l’économie sociale et solidaire


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.