Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

La protection de l'enfance en chantier

30/04/2006

Après de nombreux rapports et neuf mois de gestation... à peine quelques précisions sur le chantier de réforme de la protection de l'enfance. Le 16 mars, le ministre délégué à la famille, Philippe Bas, a confirmé les trois axes (1) du dispositif. L'accent est mis sur la prévention, qui sera définie dans la loi comme l'une des missions de la protection de l'enfance. « Notre système [...] repose sur des fondements solides, justes. [...] Mais il faut resserrer les mailles du filet », a indiqué le ministre. Deuxième axe: l'organisation du signalement. Dans chaque département, une cellule, composée de professionnels, pourra déclencher, après évaluation collégiale, un recours à l'aide sociale à l'enfance (ASE) ou devant la justice. La répartition des missions entre ces dernières sera d'ailleurs mieux définie. L'ASE interviendra à titre principal, la justice, en cas de danger manifeste.

150 millions par an

Le partage de l'information entre professionnels habilités au secret sera rendu possible. Mais le Conseil supérieur du travail social (CSTS) veille. Dans un avis, il prévient: « C'est seulement le partage des informations en cas de danger qu'il faut admettre, préciser et contextualiser [...] L'adaptation éventuelle du cadre légal [...] doit être équilibrée par un renforcement de l'effectivité des droits des usagers et par la systématisation de l'information sur leurs droits. »

Enfin, Philippe Bas souhaite diversifier les modes de prise en charge: renforcement de l'assistance éducative, accueil de jour, alterné ou d'urgence... L'accueil d'enfants souffrant de troubles graves du comportement par des familles agréées ou dans des unités d'accueil sera notamment expérimenté. Coût estimé de cette réforme: 150 millions d'euros par an à l'issue d'une montée en charge sur trois ans. Reste à savoir ce qui relèvera de l'Etat ou des départements. 4000 emplois (puéricultrices, éducateurs, techniciens de l'intervention sociale et familiale, assistants sociaux...) devraient voir le jour. Le projet de loi doit être présenté en Conseil des ministres à la mi-avril, avant d'être déposé, dans la foulée au Parlement. Pour être adopté avant la fin de l'année.

(1) Voir Direction(s) n˚ 25, p. 8
Noémie Gilliotte





Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 188 - juillet 2020
Environnement. S'engager durablement
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
MECS la Renouée

CHEF DE SERVICE (H/F)

A.N.P.A.A. Bourgogne Franche-Comté

Directeur/ Directrice d’établissement(s) médico-social(aux) H/F

UDAPEI 62

DIRECTEUR GENERAL (H/F)

Conseil départemental des Landes

Responsable adjoint.e du Pôle Protection de l’Enfance

Groupe sos Solidarités -Hébergement

Un·e Directeur·rice multi-établissements H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.