Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Plan Alzheimer
Un financement qui laisse sceptique

31/03/2008

Nicolas Sarkozy a détaillé, le 1er février, le contenu du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012.

Inspiré du rapport de la commission présidée par le professeur Ménard (1), ce plan, dont la coordination est confiée à Florence Lustman, inspecteur général des Finances, sera financé à hauteur de 1,6 milliard d'euros sur cinq ans, dont plus de 1,2 milliard d'euros consacré au volet médico-social.

Qualité de vie

Construit autour de 11 objectifs et 44 mesures, il affiche, entre autres priorités, l'amélioration de la qualité de vie des malades et des aidants. Le plan prévoit à cet égard l'expérimentation, dès 2008, de « maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades d'Alzheimer », portes d'entrée uniques dans le dispositif. Ainsi que la création du métier de coordonnateur, « chef d'orchestre » de la prise en charge globale, chargé d'organiser l'intervention des médecins et des professionnels médico-sociaux. Egalement au menu: une intervention renforcée de personnels spécialisés au domicile, à travers la création de 5000 places dans ce secteur entre 2009 et 2012. Au sein des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, il s'agira de généraliser la création d'unités spécifiques aux malades: 30000 places « feront l'objet d'un renforcement en personnel pour offrir aux patients des soins et des activités adaptées ».

Les organisations représentatives du secteur oscillent entre une certaine satisfaction, face à un plan « qui intègre une partie importante des demandes des familles et des professionnels », selon la fédération FHF, et le scepticisme quant aux moyens. « En termes de création de places et de renforcement de personnel, l'ensemble des annonces faites [...] correspond exactement au plan Solidarité grand âge », pointe le syndicat Synerpa. Même analyse de l'union Uniopss, qui, tout en saluant « les mesures visant à renforcer la filière de soins », estime que « le médico-social doit se contenter de la portion congrue ».

(1) Lire Direction(s) n˚ 47, p. 6
Marion Léotoing





Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 197 - mai 2021
Impact social. Au service des valeurs
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association EMPREINTES

Directeur financier (H/F)

GROUPE SOS Jeunesse

DIRECTEUR GENERAL H/F

Le Fil d'Ariane

Psychiatre/Pédopsychiatre H/F

GEDHIF

DIRECTEUR (H/F)

Ecole des Parents et des Educateurs IDF

DIRECTEUR GENERAL (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.