Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

PLF pour 2015
Déceptions en série

22/10/2014

Soumis aux commissions de l’Assemblée nationale depuis mi-octobre, le projet de loi de finances (PLF) pour 2015 ne remporte pas l’adhésion du secteur. En cause ? Des choix politiques contestables, selon ses représentants.

Présentation du PLF pour 2015 par les ministres Michel Sapin et Christian Eckert

Pas de réjouissances à l'heure de la présentation du projet de loi de finances (PLF) cet automne. Plan d'économies oblige, 21 milliards d'euros de réduction des dépenses sont au menu du budget 2015 de l'État. Dont une baisse des dotations aux collectivités territoriales de près de 3,7 milliards d'euros et la poursuite du gel du point d’indice des fonctionnaires.

Sous-dotation récurrente

Dans le champ de l’inclusion sociale, l’enveloppe de 1,375 milliard d'euros, + 5 % par rapport à la loi de finances initiale (LFI) de 2014, laisse sceptique le directeur général de la fédération nationale Fnars, Florent Gueguen : « Le PLF pour 2015 reste inférieur de 4 millions d'euros à la consommation réelle des crédits constatée en 2013. Et la priorité est accordée à l’hébergement d’urgence, avec les nuitées hôtelières, au détriment des centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) – dont la stabilité des crédits est inquiétante – et du logement accompagné. Un choix politique en rupture avec la doctrine du Logement d’abord. »
Un désappointement qui concerne aussi l’asile [1] : « Il n’y a pas de trace d’une programmation dynamique de places en centres d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada), note Florent Gueguen. Les crédits pour l’allocation temporaire d’attente (ATA) sont en outre en baisse de 19 % par rapport à la LFI de 2014. » Justification du gouvernement dans l’exposé des motifs du PLF ? « La réforme de l’asile et la réduction du délai de traitement des demandes [doivent] permettre de maîtriser le coût des dispositifs d’intervention en faveur des demandeurs. » Un argumentaire contesté par Florent Gueguen : « La diminution des délais d’attente, objectif de la prochaine réforme, ne sera pas effective dès 2015. Ces crédits devront donc à coup sûr être réabondés en cours d’année. »

Tour de passe-passe

Dans le champ du handicap, le PLF « laisse un goût très amer aux dirigeants d’entreprises adaptées (EA) », commente l’union nationale Unea. La raison ? Les 1000 dernières aides au poste prévues dans le cadre du Pacte pour l’emploi dans le secteur [2] sont absentes du texte. Quant à l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph), elle est appelée à contribuer, à hauteur de 29 millions d’euros en 2015, au financement des contrats aidés. « Les personnes handicapées représentant 9,2 % des bénéficiaires », rappelle ainsi le gouvernement.

Les coupes épargnent certains postes budgétaires, dont ceux de la Justice et de la Jeunesse. Certes en légère baisse, les crédits de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) sont respectivement de 552 millions d'euros et 225 millions pour les secteurs public et associatif habilité (SAH). Enfin, bonne nouvelle pour les associations : la montée en charge du service civique doit se poursuivre, avec un objectif de 40 000 volontaires en 2015. Idem pour la garantie jeunes, appelée à s'étendre l’an prochain.

 

[1] Lire dans ce numéro p. 24

[2] Lire Direction[s] n° 124, p. 8

Justine Canonne

Relance des aides à l’apprentissage

Après la mobilisation pour l’apprentissage du 19 septembre dernier, le ministre du Travail François Rebsamen a annoncé, le 7 octobre, le dépôt d’un amendement gouvernemental au PLF, afin de favoriser le recours à ce type de contrat. Au programme ? Les entreprises de moins de 250 salariés pourront dès l’an prochain bénéficier d’une aide au recrutement de 1000 euros. Qui s’appliquera pour toute nouvelle embauche d'un apprenti, que ce soit le premier ou non, à compter du 1er juillet 2014. Sa prorogation au-delà de la rentrée 2015 sera possible si un accord de branche est conclu d'ici à juin prochain. Le dispositif sera cumulable avec la prime à l’apprentissage existant pour les structures de moins de onze salariés, également de 1000 euros.

Publié dans le magazine Direction[s] N° 125 - novembre 2014






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 203 - décembre 2021
Baromètre Direction(s). Manque d'attractivité, le seuil d'alerte est dépassé
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

ADDSEA Sauvegarde Bourgogne Franche Comté

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Ville de Romainville

RESPONSABLE DE CENTRE SOCIAL (H/F)

Résidence d’Automne - APADIC

DIRECTEUR EHPAD H/F

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.