Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Associations
Un ballon d’oxygène fiscal

19/10/2016
David Causse (Fehap)

Nul besoin de patienter jusqu’à la transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse générale de charges, prévue pour 2018. Trois ans après la publication de conclusions parlementaires évaluant l’impact négatif du CICE pour le secteur privé non lucratif [1], ce dernier est en passe d’obtenir « réparation ». À partir de 2017, un crédit d’impôt de 4 % de la masse salariale (pour les rémunérations inférieures à 2,5 Smic) sera applicable sur la taxe sur les salaires, a confirmé début octobre Manuel Valls. « Un signal positif », se sont félicitées les huit fédérations promotrices en 2015 du crédit d’impôt pour l’action solidaire (CIAS) [2]. Montant de l'ardoise ? 600 millions d’euros de baisse de charges, qui s'ajouteront à l’abattement majoré de 20 000 euros décidé en 2014, au bénéfice notamment des plus petits gestionnaires ainsi totalement exonérés de taxe sur les salaires. Mieux : « Nous avons obtenu des engagements de l’Élysée et de Matignon pour que ce crédit d’impôt ne soit pas repris dans les futurs budgets et tarifs », précise David Causse, coordonnateur Santé-social de la fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne Fehap. Enfin, le cas échéant, les gestionnaires pourront en demander le préfinancement auprès de la banque publique d’investissement (BPI).

Nécessaire et suffisante ?

Débattu lors du projet de loi de finances (PLF) pour 2017 [3], ce soutien de 4 % sera-t-il suffisant pour les associations du secteur sanitaire, social et médico-social, dont les homologues du privé commercial en particulier bénéficieront demain d’un CICE porté à… 7 % ? « Nécessaire, la mesure n’est toutefois pas suffisante pour réussir les paris de l’adaptation de la société au vieillissement et au handicap, et du développement de l’emploi dans la branche de l’aide à domicile », n’a pas manqué de souligner l’Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles (UNA). Pour la Fehap, en revanche, l'heure n'était pas à la surenchère mi-octobre : « Nous serons maintenant attentifs à la rédaction et à la mise en application du dispositif, indique David Causse. Nous nous efforcerons en particulier de faire valoir les intérêts du secteur, désavantagé par le régime de prélèvements obligatoires plus favorables aux secteurs lucratif et public. »

[1] À lire sur www.documentationfrancaise.fr  

[2] Lire Direction[s] n° 139 p.4

[3] Lire dans ce numéro p. 6

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 147 - novembre 2016






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 186 - mai 2020
Spécial crise sanitaire
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Les Papillons Blancs - ImPro Le Roitelet

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

APHL

DIRECTEUR ADJOINT H/F

EHPAD RESIDENCE LA MERIDIENNE

CADRE DE SANTE (H/F)

ATD QUART MONDE

RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE (H/F)

ASSOCIATION KAHMA

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès de la cérémonie du 27 novembre 2019

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec :