Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Autorisation des ESSMS
La caducité partielle désormais possible

22/08/2018

Depuis fin 2017, l’autorisation d’un établissement ou d’un service social et médico-social est réputée caduque lorsque la structure n’a pas ouvert ses portes dans les quatre ans suivant la notification de la décision de l'administration. Un récent décret complète ce mécanisme en introduisant la notion de « caducité partielle ». Ainsi, quand l’autorisation concerne plusieurs sites et que seulement l’un d’eux n’a pas été ouvert dans les délais prévus, elle peut être réputée partiellement caduque. De même, si elle distingue plusieurs types de prestations ou de modes d’accueil.  

Quid de l’accompagnement global ?

Si cette évolution apporte de la souplesse pour le gestionnaire, elle se heurte, dans le champ du handicap, aux nouvelles orientations de l’administration, explique l’avocat Nicolas Porte au cabinet Houdart et associés. En effet, « la nouvelle nomenclature des établissements et services encouragent les autorités à délivrer des autorisations d'accompagnement global afin de s’adapter aux évolutions de la personne, justement sans distinguer les différents types de prestations », souligne-t-il. Son conseil ? « Pour les projets complexes dont la mise en œuvre complète est incertaine, le gestionnaire a intérêt à demander à l'agence régionale de santé (ARS) de ne pas être autorisé en "accompagnement global" pour, le cas échéant, pouvoir bénéficier de la caducité partielle ».

Un dispositif non rétroactif

Autre nouveauté ? Le gestionnaire a désormais la possibilité de demander aux tutelles une réduction de la capacité autorisée au plus tard deux mois avant l’expiration du délai.
Ces nouvelles dispositions s’appliquent aux autorisations accordées dans le cadre d’une procédure d’appel à projets engagée à partir du 1er juillet 2018 [1].

Décret n° 2018-552 du 29 juin 2018

[1] Y compris celles délivrées hors appel à projets si la demande a bien été déposée après le 1er juillet.

Noémie Colomb

Publié dans le magazine Direction[s] N° 167 - septembre 2018






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

Délégation générale Groupe SOS

Directeur·trice d'Antenne de Nanterre pour son dispositif d'intermédiation locative H/F

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F

GROUPE SOS Jeunesse

CHEF/FE DE SERVICE MECS LES TOURELLES H/F

IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
28 octobre 2021, à distance

Innover pour le bien vieillir : quelles alternatives à l'Ehpad ?

3 novembre 2021, à Taissy (Marne)

C’est ma vie, c’est moi qui choisis !

4 au 5 novembre 2021, à Paris

Vous avez l’heure, nous avons le temps…

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.