Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Informatique

Tous connectés

26/11/2019 -  Outils de gestion des dossiers des usagers, des projets personnalisés, de facturation, de reporting budgétaire et comptable… Peu de tâches ou fonctions, supports comme cœur de métier, échappent à l’informatique. En particulier lorsqu’il s’agit du pilotage de l’activité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS). Que vous soyez technophile de longue date, manager connecté ou non, ce supplément est fait pour vous. Son ambition ? Vous accompagner dans votre réflexion autour de la définition d’un système d’information (SI) adapté à vos besoins et aux enjeux du secteur. Et vous présenter les prérequis indispensables à tout investissement informatique, que ce soit en termes de matériels, de solutions, de réseaux ou de services. Objectif ? Vous permettre de faire des choix éclairés. Et surtout sécurisés, notamment concernant la protection des données personnelles des usagers et des professionnels, dans le respect du règlement européen en vigueur depuis mai 2018 qui accroît les obligations des responsables de traitement. À l’heure de la révolution numérique et des technologies de l’information et de la communication (TIC), au-delà des simples outils techniques, ce sont leurs bonnes appropriation et utilisation par tous qui doivent être pensées et accompagnées.

SOMMAIRE DU DOSSIER :

  • Système d'information, un chantier stratégique
  • La comptabilité, centre névralgique de l’informatisation
  • Un outil ad hoc pour faciliter le travail des professionnels
  • Un logiciel RH personnalisable
  • Priorité à la protection des informations sensibles
  • Choisir le meilleur support pour conserver ses données
  • La GED pour dématérialiser ses documents
  • Les tablettes vont partout

La comptabilité, centre névralgique de l’informatisation

30/10/2019

Les solutions de gestion comptable et financière propres au secteur se sont multipliées. D’où la nécessité de comparer les offres et de vérifier qu’elles correspondent aux attentes de chaque structure.

Le plus souvent, l’informatisation d’une structure a débuté par celle du poste comptabilité. Une démarche mise en œuvre à la fois pour accélérer et simplifier les traitements et pour répondre aux exigences des autorités. La demande des organismes de tutelle en matière de remontées d’informations et d’outils de reporting est de plus en plus forte. La comptabilité analytique est devenue indispensable. Il n’est plus possible de la faire manuellement. En  outre, elle obéit à des règles particulières. Mieux vaut donc opter pour un système ad hoc, en s’adressant par exemple à un éditeur spécialisé.

Des normes à respecter

L’outil doit gérer la comptabilité générale de l’organisme, mais également disposer de modules d’analyse financière capables de générer des tableaux de bord spécifiques, de planifier les budgets prévisionnels et les comptes administratifs et, surtout, d’alimenter automatiquement les autorités de tarification. Le tout dans le respect des cadres normalisés de présentation. De plus, une attention particulière doit être apportée à la sécurité (qu’il s’agisse des données transmises à distance aux autorités de tarification via Internet le plus souvent ou des droits d’accès des différentes catégories de personnel aux informations)et au respect du règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD).

Un cahier des charges précis

Bien évidemment, le périmètre couvert par la solution choisie influe sur son coût. De même que sa complexité de mise en œuvre : si la plupart des logiciels ad hoc peuvent assurer une large part des besoins de l’organisation, les gestionnaires doivent prévoir une phase de paramétrage et de personnalisation de l’outil afin de l’adapter aux spécificités de la structure. D’où l’importance d’élaborer en amont un cahier des charges précis, qui recense l’ensemble des tâches et des fonctionnalités attendues.
Selon la solution retenue, le coût s’élève de quelques milliers d’euros pour une petite entité à plusieurs centaines de milliers d’euros pour un organisme gestionnaire de plusieurs établissements et services qui a besoin d’une solution plus complète. Dans tous les cas, le prix ne constitue qu’une part du coût global de la solution, incluant l’installation, le paramétrage et la formation des utilisateurs. Les logiciels de gestion comptable et financière sont des produits relativement complexes, qui nécessitent des paramétrages et des formations spécifiques. Les prestataires doivent accompagner les structures et assurer le contrôle d’exploitation lors du démarrage. Par ailleurs, les formateurs doivent maîtriser la culture et les règles du secteur.

Des interfaces adaptées

Le logiciel doit comporter certaines applications, notamment pour gérer la prise en charge des résidents. Dans l’idéal, l’interface (dossier de l’usager, facturation, télétransmission des informations – Cetelic, retours Noemie… –, analyse des flux financiers) doit être équipée d’outils de protection des données et de confidentialité. Outre l’élaboration des budgets, les logiciels sur le marché permettent de procéder à des analyses statistiques sur l’activité (durée moyenne de séjour, par exemple) et de gérer la trésorerie (délais de facturation et d’encaissement notamment). Par ailleurs, l’ergonomie et la convivialité de l’outil sont des éléments à ne pas sous-estimer, afin qu’il soit facilement et rapidement adopté par les équipes. Il est conseillé de mener une phase de tests et d’interroger les confrères sur leurs propres expériences.
Enfin, il faut prendre en compte la digitalisation des processus comptables, avec la numérisation des factures, l’extraction automatisée des informations pour les imputations comptables et analytiques, l’accès direct aux documents depuis les écritures, ainsi que les circuits de validation (workflow), les alertes et les extensions d’applications en mode web et mobile.

Bruno Ferret, avec Pascal Nguyên

Point de vue

Dominique Wiart, directeur général des Papillons blancs de Dunkerque

« Nous avons refondu notre système d’information (SI) en 2014-2015. Nous avons terminé notre schéma directeur de 2016-2018 et nous sommes aujourd’hui sur celui de 2019-2021. Au cours de ces années, il y a eu une évolution importante. Par le passé, les outils de gestion financière étaient centraux. Le pilotage de nos établissements s’appuyait avant tout sur des outils financiers et de ressources humaines. Bien sûr, nous avons toujours besoin d’indicateurs de gestion, de performances économiques, d’absentéisme, etc. délivrés par ces outils support. Mais notre SI est désormais centré sur l’accompagnement, donc sur le dossier de l’usager. C’est un changement de culture important pour lequel il faut préparer les professionnels tant des services financiers, habitués à être au cœur d’une “informatique de gestion”, que des établissements et des services, surpris qu’on leur propose de piloter des projets jusque-là considérés comme techniques. Les projets utilisant de la technologie sont donc désormais pilotés par des acteurs-métiers. »






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 189 - septembre 2020
Accès aux soins. Quel remède miracle ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
UGECAM NORD-EST

DIRECTEUR (H/F)

APAJH Alpes de Haute Provence

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

FAM Héméralia

Responsable Administratif et Financier

PETITES SOEURS DES PAUVRES MA MAISON

Infirmier coordinateur / Cadre de santé H/F

Sauvegarde de Seine Saint Denis

DIRECTEUR DES SERVICES ET DE L'ACTIVITE (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.