Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Le Grath sonde les besoins des aidants familiaux

09/12/2009

Le Groupe de réflexion et réseau pour l’accueil temporaire des personnes en situation de handicap (Grath) a identifié les besoins et attentes en matière d’accompagnement des personnes âgées dépendantes vivant à domicile. À la clef, une meilleure visibilité des services, le développement des transports, et le soutien à l’innovation.

Au recensement de 1999, plus de 93 % des personnes âgées d'au moins 65 ans vivaient à domicile (hors logements foyers). Et fin 2007, environ 10 % des personnes de 75 ans ou plus étaient hébergées en institution. Cette proportion croît logiquement avec l'âge et atteint 24 % des personnes de 85 ans ou plus. En dix ans, l'âge moyen des personnes accueillies en établissement pour personnes âgées a augmenté, notamment en raison d'une entrée en établissement de plus en plus tardive, traduisant le souhait de demeurer à domicile.[...] Pour pouvoir rester à la maison, les personnes âgées de 60 ans et plus ont recours à une aide dite « informelle », c'est-à-dire une aide fournie par l'entourage. Ainsi, les 3 230 000 personnes âgées aidées s'appuient au total sur 5 900 000 aidants. Parmi ces derniers, les aidants non professionnels ou informels représentaient 3 700 000 personnes, soit plus de 60 % de l'ensemble des aidants. Les aidants non professionnels sont presque tous des membres de la famille. Néanmoins, le fait d'aider une personne âgée dépendante a un réel impact sur la vie personnelle et professionnelle des aidants. Pour ces derniers, fatigue morale et stress font notamment partie des difficultés à surmonter. [...]

Développer des dispositifs adaptés aux besoins des aidants et des personnes âgées est devenu incontournable pour accompagner la vie au domicile souhaitée. Il s'agit donc d'identifier les leviers d'action pour accompagner ce choix de vie.

1-Optimiser les services intervenant au domicile

Il est attendu de la part de ces services davantage de stabilité de l'intervenant à domicile et des temps et horaires de présence plus adaptés : plus grande fréquence de passage, temps de présence allongés, horaires de passage mieux adaptés aux besoins de la personne âgée. Outre les besoins physiologiques, les personnes aidées ont évoqué les « angoisses » ressenties lors des périodes de solitude, le soir et le week-end notamment. Le professionnel intervenant au domicile de la personne est, dans bien des cas, un des rares relais avec l'extérieur. Aussi, est attendu de leur part davantage de temps consacré aux discussions, aux sorties à l'extérieur... voire un relais psychologique face à ces angoisses.

2-Améliorer l'offre d'hébergement temporaire

L'optimisation de l'offre d'hébergement temporaire se traduit notamment par davantage de souplesse ; une minimisation des délais d'attente et une garantie des réservations ; le renforcement quantitatif de l'offre (7 979 places d'hébergement temporaire enregistrées au 1er janvier 2008, or, c'est le double de l'offre actuelle qui est attendu), mais aussi qualitatif (réduction des disparités départementales). De meilleures organisations internes et externes sont également nécessaires pour améliorer les taux d'occupation sur les places existantes.

3-Renforcer l'offre d'accueil de jour

De la même façon, l'offre d'accueil de jour nécessite d'être optimisée, via un renforcement quantitatif des places dans un souci de grande proximité (accueils de jour itinérants par exemple), mais en s'attachant prioritairement à soutenir les services existants et à en améliorer la représentation auprès des publics cibles.

4-Recenser et suivre l'offre d'hébergement temporaire et d'accueil de jour

La lisibilité de l'offre et la gestion en temps réel des places disponibles contribuent à optimiser le fonctionnement de l'hébergement temporaire comme de l'accueil de jour. Une expérimentation de gestion centralisée à l'échelle départementale des capacités d'hébergement temporaire pour personnes handicapées via le système d'information Sarah a commencé dans l'Allier avec le soutien du conseil général de l'Allier, de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) et de la Fondation des Caisses d'épargne Auvergne-Limousin pour la solidarité. Le système Sarah donne à l'information le caractère éminemment dynamique qui s'impose dans ces modes d'accueil.

5-Mettre en place des solutions de transports

Cette préconisation, qui permettrait aux personnes âgées de se déplacer plus facilement sans recourir à l'aidant, rejoint celle formulée à l'issue de la première enquête réalisée, en 2007, auprès des établissements pour personnes âgées, à savoir « Identifier et encourager les initiatives locales (communes ou regroupement de communes) ou départementales en matière de transports ». Un groupe de travail, piloté par la CNSA, sur la question des transports est en cours et livrera ses conclusions prochainement. Il faut aussi souligner que les personnes peuvent aussi être très peu « déplaçables » et les initiatives qui vont à leur rencontre sont sûrement à encourager.

6-Ajuster la participation des usagers

Notre étude de 2007 préconisait la mise en perspective avec les pratiques du champ du handicap où le décret du 7 avril 2006 a introduit le financement des places temporaires par dotation globale et le plafonnement de la participation à la charge des usagers au montant du forfait hospitalier. Le Grath préconise une harmonisation du dispositif de participation financière des personnes âgées avec celui des personnes handicapées dans le cadre du décret sur la question qui est attendu d'ici à la fin de l'année aux termes de la loi Hôpital, patients, santé et territoires du 21 juillet 2009.

7-Mettre en place une large communication relative à l'offre de services

Une démarche de communication active qui aille au-devant des personnes sans attendre que ces personnes en fassent la démarche est attendue afin d'aider les aidants et les aidés à connaître leurs droits, les aides financières comme les modalités d'accompagnement. Un effort de communication est particulièrement attendu pour une meilleure appropriation du dispositif d'allocation personnalisée d'autonomie (APA). L'APA doit permettre le développement des services proposés à domicile mais aussi les relais en établissement. L'étude, menée par le Grath, en 2007, auprès des établissements médico-sociaux préconisait déjà la systématisation de l'inscription de l'hébergement temporaire dans les plans d'aide de la personne vivant à domicile. Ce qui aurait pour effet d'une part d'informer les personnes de l'existence de cette modalité d'accompagnement et d'autre part de faciliter le séjour d'hébergement temporaire. Cette communication doit viser à informer les personnes âgées et leurs aidants des bénéfices à attendre et de la qualité des services proposés et le professionnalisme des aidants professionnels - que ces derniers interviennent à domicile ou en établissement - ceci afin de déculpabiliser les aidants et de convaincre/rassurer les personnes âgées. Ce travail de communication doit passer par tous les médias, mais aussi par ceux qui côtoient les familles au quotidien : aidants professionnels, intervenants paramédicaux (services de soins infirmiers à domicile - SSIAD, libéraux), pharmaciens, médecins...

8-Soutenir les projets innovants et encourager la diversification de l'offre

Envisager des offres nouvelles de prestations de type « Vacances répit famille » proposant, sur la base de l'articulation d'une structure médico-sociale avec une structure du tourisme social et familial, aux aidants et aidés des vacances dans une structure commune avec une prise en charge adaptée et des prestations à la carte : aide à domicile sur le logement loué, accueil de jour, de nuit ou en hébergement complet la personne dépendante dans une structure intégrée au lieu de vacances, activités adaptées (projet en cours de développement dans le groupe de prévoyance et de retraite Pro-BTP). Encourager l'expérimentation de réponses innovantes ou originales tel le service temporaire à domicile et les accueils de jour itinérants. Ainsi, le projet « Parenthèse à domicile » de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes de Maromme en Seine-maritime, reconnue expérience pilote par la Direction générale de l'action sociale (DGAS) en janvier 2008, inspirée du « baluchon québécois », propose à toute personne âgée très dépendante vivant à domicile la présence sur son lieu de vie d'un professionnel à temps complet, offrant ainsi aux aidants familiaux la possibilité de s'absenter. Le club Alzheimer de l'Orne pour sa part se déplace dans des cantons différents chaque jour et il effectue le « ramassage » des personnes qui le souhaitent pour les réunir dans des locaux mis à disposition par les communes pour y développer des activités de jour.

9-Encourager la création de plate-formes de services

Soutenir les établissements qui souhaitent évoluer comme « plate-formes » ouverte vers l'extérieur, offrant un panel de réponses : hébergement permanent, hébergement temporaire, accueil de jour, accueil de nuit, services à domicile (Services d'aide et d'accompagnement à domicile, SSIAD, service temporaire), mais aussi accueillants familiaux. Cette notion de plate-forme de services permet d'offrir une palette de réponses diversifiées « à la carte » afin de pouvoir apporter une réponse adaptée et de proximité à une demande pouvant être mouvante, oscillant entre le domicile et des temps de regroupement. Ce type d'organisation permet aux professionnels intervenant au domicile auprès d'une personne âgée de l'informer des offres existantes accueil de jour et hébergement temporaire, mais aussi de les rassurer par le lien établi entre eux et ainsi de lever les freins psychologiques au recours à ces solutions portées par des établissements.

Anne Bariet

 

Carte d'identité

Auteur : Groupe de réflexion et réseau pour l'accueil temporaire des personnes en situation de handicap (Grath) avec le soutien de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie et des fédérations Agir/Arrco.
Titre de la publication : Enquête nationale sur les besoins et attentes des personnes âgées dépendantes et de leurs proches aidants en matière de relais.
Méthodologie : Étude en deux volets : un volet qualitatif comprenant 30 entretiens ; un volet quantitatif mené par questionnaire auprès de 503 aidants.
À commander sur : www.accueil-temporaire.com






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 197 - mai 2021
Impact social. Au service des valeurs
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
GROUPE SOS Jeunesse

DIRECTEUR GENERAL H/F

Association EMPREINTES

Directeur financier (H/F)

Le Fil d'Ariane

Psychiatre/Pédopsychiatre H/F

GEDHIF

DIRECTEUR (H/F)

GIE ALLIANCE GESTION (GIE)

Gestionnaire Formation H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.