Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Financement de la protection de l'enfance
Un fonds en trompe-l'œil

22/04/2010

Conformément à l'injonction du Conseil d'État (1), le décret créant le fonds national de financement de la protection de l'enfance devrait être publié avant le 18 mai. C'est en tout cas ce qu'a assuré le gouvernement, interpellé sur le sujet, au Sénat. Mais, début avril, le texte en était au stade de la finalisation technique. Et devait encore être soumis à la consultation de la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf), au comité des finances locales, ainsi qu'à la commission consultative d'évaluation des normes du 4 mai.

L'État majoritaire

Le gouvernement prévoit ainsi la création de ce fonds au sein de la Cnaf, administré par un comité de gestion. Ce dernier, présidé par le directeur général de la cohésion sociale, serait, en outre, composé de cinq directeurs d'administration centrale (Sécurité sociale, Protection judiciaire de la jeunesse, budget, santé, collectivités locales), du directeur de la Cnaf et de trois représentants des départements. Une composition que n'apprécie guère l'Assemblée des départements de France (ADF). « L'État est outrageusement majoritaire, ce qui est, d'ailleurs, cohérent avec sa volonté de faire jouer [au fonds] un rôle de compensation de ses engagements financiers », dénonce-t-elle. En effet, selon la loi du 5 mars 2007, la vocation de ce fonds est de compenser les charges que la réforme induit pour les conseils généraux, or, le projet de décret prévoit qu'il pourra aussi financer des actions nationales d'aide à la parentalité ou de protection des enfants vivant dans la précarité. « Celles-ci relèvent de la responsabilité et de l'action sociale de l'État et de la Cnaf », rappelle Jean-Pierre Hardy, chef de service des politiques sociales de l'ADF. Qui fustige également sa sous-dotation : « Alors que le coût de la réforme était évalué à 115 millions d'euros en 2007, le gouvernement nous annonce 10 millions d'euros, issus de la provision de la Cnaf. Cela revient à environ 90 000 euros par département, soit simplement le contentieux à couvrir. »

(1) Arrêt du Conseil d'État du 30 décembre 2009
Noémie Gilliotte






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 186 - mai 2020
Spécial crise sanitaire
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Fondation PERCE - NEIGE

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)

Les Papillons Blancs - ImPro Le Roitelet

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

APHL

DIRECTEUR ADJOINT H/F

ATD QUART MONDE

RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE (H/F)

EHPAD RESIDENCE LA MERIDIENNE

CADRE DE SANTE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec :