Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Élèves handicapés
Une rentrée insatisfaisante

22/09/2011

Véritables avancées ou simples effets d'annonce ? Lors de la rentrée 2011, les mesures gouvernementales pour la scolarisation des élèves handicapés ont été accueillies tièdement. En effet, si le bilan des créations d'unités localisées pour l'inclusion scolaire (Ulis) et de pôles d'accompagnement à la scolarisation des élèves sourds (Pass) est positif, les mesures d'accompagnement des élèves handicapés en milieu ordinaire proposées n'ont pas convaincu.
Le ministère de l'Éducation nationale a notamment confirmé le recrutement de 4 300 assistants de scolarisation (AS), dont 2000 dès 2011. Mais pour Sophie Cluzel, présidente de la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap (Fnaseph), « on est loin des 13 000 contrats aidés existants. Il faudrait qualifier les fonctions des AS, et non les calquer sur celles des auxiliaires de vie scolaire (AVS) ».
Les premièrs ayant vocation à remplacer, à terme, les AVS. Censés être mieux formés et plus qualifiés, ils seront recrutés sur des contrats de trois ans renouvelables une fois, et non sur des contrats aidés comme ce fut le cas pour nombre d'AVS.

Thierry Nouvel, directeur général de l'Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (Unapei) s'interroge : « Que se passera-t-il au bout des trois ou six ans ? Une titularisation, comme la loi l'exige après deux contrats à durée déterminée ? Mais le ministère a exclu toute titularisation depuis longtemps ! » Craignant que l'Éducation nationale ne leur propose « à nouveau des conventions de reprise inacceptables », Thierry Nouvel attend pour l'heure « que la réflexion promise [lors de la Conférence nationale du handicap] afin de sécuriser la gestion des AVS sur les plans juridique et financier, reprenne ».

Un décret inapplicable

Pour cette année scolaire, 214 600 élèves handicapés devraient donc étudier en milieu ordinaire. « Soit 13 212 élèves de plus qu'en 2010 », précise le ministère. Mais pour Jean-Marie Barbier, président de l'Association des paralysés de France (APF), « il y a encore trop peu de coopération entre milieu ordinaire et milieu protégé, spécialement avec les centres médico-psychopédagogiques [CMPP] et les services d'éducation spécialisée et de soins à domicile [Sessad]. » Et Thierry Nouvel d'ajouter : « Sur les 75 000 enfants scolarisés en milieu protégé, seuls 9 % le sont en temps partagé. » Un maigre bilan plus de deux ans après la publication du décret (1) y obligeant…

(1) Décret du 2 avril 2009

Julian Breuil

Publié dans le magazine Direction[s] N° 89 - novembre 2011






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 188 - juillet 2020
Environnement. S'engager durablement
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Groupe sos Solidarités -Hébergement

Un·e Directeur·rice multi-établissements H/F

A.N.P.A.A. Bourgogne Franche-Comté

Directeur/ Directrice d’établissement(s) médico-social(aux) H/F

FEDERATION APAJH

DIRECTEUR ADJOINT PLATEFORME ENFANCE (H/F)

ACAIS

directeur de l’IME ACAIS (H/F)

Association Championnet - Esat Ménilmontant

RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.