Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Trois questions à Stéphane Racz (Syneas)
"Un interventionnisme assumé"

04/04/2012

Fin d’une période transitoire pour le Syndicat des employeurs associatifs de l’action sociale et médico-sociale (Syneas), deux ans après sa création (1). Le point sur les enjeux à venir avec son directeur général, Stéphane Racz.

Le Syneas entend devenir un acteur incontournable du secteur. Pour cela, il adopte, en 2012, un nouveau positionnement. Quel est-il ? 

Stéphane Racz. L’évolution en cours, c’est d’abord celle de la fonction de syndicat d'employeurs, jusque-là cantonnée à la seule négociation de conventions collectives. La complexité de notre environnement et la multiplication des acteurs nous obligent aujourd’hui à replacer le curseur de nos interventions et à adopter une vision plus large. Le Syneas entérine cette mutation et opte pour un nouvel interventionnisme assumé : il se penchera désormais sur l’ensemble des thématiques ayant un impact sur la fonction d'employeur. Ce, sans aucune limitation de périmètre.

Vous avez dévoilé les orientations de votre projet stratégique 2012-2014. Quels en sont les trois axes opérationnels ?

S. R. Le premier axe est la négociation, qui ne doit plus se réduire à une seule intervention technique. Celle-ci doit être repositionnée comme un moyen au service d’une action stratégique globale. À l’heure où les enjeux se multiplient, un syndicat employeur doit proposer à ses adhérents un environnement conventionnel adapté pour accomplir leurs missions. Second axe d’action : l’accompagnement des structures. Elles doivent, à la fois, être informées des nouvelles normes juridiques nationales, mais également soutenues dans leur application. Cela passe notamment par des actions de formation, par un appui à toutes les thématiques relatives à leur fonction… Enfin, le Syneas entend construire une parole forte pour la porter au sein de tous les lieux où les intérêts de ses adhérents doivent être représentés et défendus. C’est notre priorité pour 2012.

Vous plaidez pour le maintien de la convention collective de 1966 (CCN 66). Comment s’appréhende cet objectif dans l’optique d’une future convention collective unique (CCU) ?  

S. R. Il est nécessaire de travailler à un nouvel environnement conventionnel, plus adapté à nos missions. Mais cela ne peut se faire au détriment des textes existants. Certains partenaires préfèrent faire le choix de la CCU au détriment du dialogue social dans la CCN 66. Selon nous, il faut faire les deux. Il ne s’agit pas d’aller vers une réflexion globalisante, au détriment de tout ce que nous avons déjà construit. Des thématiques de négociation doivent être identifiées pour continuer à faire évoluer les textes conventionnels. Elles serviront, à terme, à enrichir la réflexion autour d’une CCU. C’était d’ailleurs l’un des enjeux du processus de rénovation de la CCN 66, dont nous avons constaté l’échec en décembre dernier. La question d’une éventuelle dénonciation n’est donc pas pertinente.

(1) Lire Direction(s) n° 71, p. 4

Propos recueillis par Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 95 - mai 2012






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Délégation générale Groupe SOS

Directeur·trice d'Antenne de Nanterre pour son dispositif d'intermédiation locative H/F

France Terre d'Asile

Directeur Administratif et financier (F/H)

IRTS Île-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne

INGENIEUR DE FORMATION (H/F)

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F


Voir toutes les offres
Agenda
28 octobre 2021, à distance

Innover pour le bien vieillir : quelles alternatives à l'Ehpad ?

3 novembre 2021, à Taissy (Marne)

C’est ma vie, c’est moi qui choisis !

4 au 5 novembre 2021, à Paris

Vous avez l’heure, nous avons le temps…

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo

8 au 10 novembre 2021, à Paris

Santexpo


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.