Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Loi Autonomie
Vers un énième report ?

17/06/2015
Martine Pinville, députée PS

Pas de trace du projet de loi Autonomie à la session extraordinaire du Parlement. Voilà qui ne devrait pas arranger les affaires des services d’aide et d’accompagnement à domicile (Saad) et des départements, malgré l’urgence récemment rappelée par l’Observatoire national de l’action sociale (Odas) [1]. Pourtant, le timing était parfait. Mi-juin, l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas) préconisait de ne pas prolonger les expérimentations tarifaires au-delà du terme prévu en raison de la pertinence des outils déployés. Susceptibles de nourrir les débats parlementaires, ces conclusions « valident la réforme élaborée par le secteur et l’Assemblée des départements de France » [2], se félicite l’union nationale UNA.
Les discussions sur l’avenir du double régime patienteront également. Pour mémoire, les sénateurs ont voté la généralisation dans cinq ans d’une autorisation rénovée unique, après expérimentation. Le sort réservé à cette disposition par les députés est donc attendu. « Il est nécessaire d’organiser le secteur, via une gouvernance efficace pour mieux accompagner les personnes âgées, rappelait début juin la députée (PS) Martine Pinville [3], lors d’une rencontre organisée par l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis). C’est l’enjeu des contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM) négociés avec les départements, dont les services agréés pourront bénéficier sans passer par l’appel à projets. »

Manque de considération

Ce retard suscite la colère des employeurs de l’aide à domicile, qui y voient « l’indicateur du peu de considération » du gouvernement, qui maintient pourtant l’échéance du 1er janvier 2016 pour mettre en œuvre la loi. Ils réclament la publication immédiate d’un décret revalorisant les plafonds des plans d’aide de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et l’instauration d’un nouveau fonds de restructuration (50 millions d’euros). Des mesures d’urgence qui, en attendant les conclusions de l’étude nationale des coûts, ne règlent pourtant pas le problème de « l’anarchie tarifaire » constatée entre les départements, déplore le secteur.

[1] « Les dépenses départementales d’action sociale en 2014 : le doute n'est plus permis », La Lettre de l’Odas, juin 2015

[2] « Évaluation des expérimentations relatives à la tarification des Saad », rapport Igas, avril 2015
[3] Aujourd’hui secrétaire d’État à l’Économie sociale et solidaire notamment.

[3] Lire Direction[s] n° 102 p. 50

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 133 - juillet 2015






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 186 - mai 2020
Spécial crise sanitaire
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Les Papillons Blancs - ImPro Le Roitelet

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

APHL

DIRECTEUR ADJOINT H/F

ATD QUART MONDE

RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE (H/F)

EHPAD RESIDENCE LA MERIDIENNE

CADRE DE SANTE (H/F)

ASSOCIATION KAHMA

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès de la cérémonie du 27 novembre 2019

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec :