Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

PJJ
L’accompagnement des jeunes détenus

18/10/2017

« L’accompagnement éducatif est impossible à réaliser depuis l’intérieur de la prison, car quand les professionnels de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) se retrouvent à demeure en milieu carcéral, le rapport de forces avec l’administration pénitentiaire est biaisé, souligne Vincent Massari, cosecrétaire national du syndicat SNPES-PJJ. Tout ce qui est de nature à replacer le milieu ouvert au centre de la prise en charge va donc dans le bon sens. » Message visiblement reçu à la PJJ, qui rappelle le cadre d’intervention des services de milieu ouvert auprès des jeunes détenus. Ambition répétée de l’action éducative dans ce contexte ? Être « personnalisée, continue, soutenue, pluridisciplinaire, et rechercher l’implication de la famille », ce dans le sens de la continuité du parcours (éducatif, sanitaire, scolaire…) au-delà de la détention.    

Coordination des interventions

Mission première du milieu ouvert, outre l’observation de la décision judiciaire? « Assurer  la cohérence des réponses apportées dans le cadre pénal, et entre les dispositifs de droit commun ou de la protection de l’enfance. » Un objectif qui passe d’abord par la réactivité des services dès l’entrée en prison, compte tenu de la durée moyenne de détention des mineurs (inférieure à trois mois) : transmission des informations utiles au suivi, attention particulière à la prévention des risques liés à l’incarcération, évaluation interdisciplinaire… Pour parvenir à l’élaboration d’un projet personnalisé, une première synthèse doit être organisée, à partir des éléments observés, comme ceux transmis par les acteurs intervenant en prison et les éventuels partenaires institutionnels invités. Par ailleurs, une alternative à la détention ou un aménagement de peine, dont la mise en œuvre sera confiée au milieu ouvert, doivent être systématiquement proposés (en y associant le jeune et sa famille). Garants de la coordination des actions, les cadres doivent veiller à l’implication de leur équipe pluridisciplinaire et à la transmission du projet individualisé au jeune, à sa famille comme au magistrat.

Note ministérielle du 24 août 2017

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 158 - novembre 2017






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 189 - septembre 2020
Accès aux soins. Quel remède miracle ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
APAJH Alpes de Haute Provence

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

UGECAM NORD-EST

DIRECTEUR (H/F)

FAM Héméralia

Responsable Administratif et Financier

PETITES SOEURS DES PAUVRES MA MAISON

Infirmier coordinateur / Cadre de santé H/F

Sauvegarde de Seine Saint Denis

DIRECTEUR DES SERVICES ET DE L'ACTIVITE (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.