Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Asile
Un plan a minima ?

22/08/2017

Présenté le 12 juillet, le plan gouvernemental « Asile » est accueilli avec prudence par les associations. Ses ambitions ? Lutter contre l’immigration irrégulière, améliorer le traitement des demandes d’asile et les conditions d’accueil des candidats, et déployer une politique d’intégration plus efficace.

Un effort sous-dimensionné

Principale critique du secteur : le trop faible niveau des créations de places. Le gouvernement prévoit d’ouvrir 7500 lits supplémentaires dans le dispositif national d’accueil (DNA) entre 2018 et 2019. « Un effort sous-dimensionné qui n’est pas de nature à éviter la reconstitution de campements indignes à Paris et dans les Hauts-de-France [1] », déplore Florent Gueguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité. Alors que les évacuations se multiplient, il réclame une « renégociation du plan » afin de créer 40 000 places en centres d'accueil pour demandeurs d'asile (Cada) durant le quinquennat et « de renforcer le parc d'hébergement inconditionnel des migrants ».

Autre enjeu, selon Laurent Delbos, responsable du plaidoyer du Forum réfugiés-Cosi ? Revoir la gestion de ces places, car « il y aujourd’hui une multiplication d’établissements susceptibles d’accueillir les migrants. Mais leur gestion est tellement complexe que certaines places restent vacantes ».

Une politique nationale d'intégration

Parmi les points positifs ? La volonté d’accélérer l’enregistrement des demandes d’asile afin de réduire le délai moyen d’examen des situations à six mois. Enfin, les annonces relatives à l’insertion des réfugiés (formation, apprentissage de la langue…) font également consensus. « Jusqu’ici on considérait que ces personnes relevaient du droit commun. Là, la question de l’intégration fait l’objet d’une politique nationale avec des mesures spécifiques », se félicite Laurent Delbos, qui salue l’annonce d’une augmentation de 5 000 places en centres provisoires d’hébergement en 2018 et 2019. Le gouvernement prévoit de nommer un délégué interministériel à l’intégration des réfugiés chargé d’organiser leur accueil, en particulier dans le logement. Quant à l'épineuse question des mineurs non accompagnés (MNA), elle doit faire l’objet d’un plan ad hoc.

[1] À Calais, suite à une décision du Conseil d’État, le gouvernement a annoncé l’ouverture de deux centres d’hébergement temporaire pour accélérer l’examen des situations des migrants.

Noémie Colomb

Publié dans le magazine Direction[s] N° 156 - septembre 2017






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 181 - décembre 2019
15e Trophée. L'audace à l'honneur
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association ISATIS

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)

UDAF de l'Yonne

CHEF DE SERVICE (H/F)

ADAPEI 53

DIRECTEUR GENERAL (H/F)

FEDERATION APAJH

Directeur ESAT / EA Larmor Plage

GROUPE SOS Jeunesse

CHEF DE SERVICE H/F


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] s'est tenue le 27 novembre 2019. Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour l'édition 2020 !

Le Trophée Direction[s] est organisé sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018