Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

ESS
Des outils pour la croissance ?

19/12/2018

Après 18 mois de préparation, le gouvernement a dévoilé sa stratégie pour permettre à l'économie sociale et solidaire (ESS) de franchir une nouvelle étape dans son développement. Un plan qui comporte de nombreux axes de progrès.

© Ministère de la Transition écologique et solidaire

Le 29 novembre, le haut-commissaire Christophe Itier a enfin dévoilé le contenu du Pacte de croissance de l’économie sociale et solidaire (ESS). Une stratégie « preuve d’une réelle volonté gouvernementale » selon l’Union des employeurs Udes, pourtant loin de faire l’unanimité. « Nombre de mesures ont déjà été entérinées dans les projets de loi de finances et dans celui dit "Pacte", ou n’ont rien à voir avec la croissance ! pointe Emmanuel Verny, délégué général d’ESS France jusqu’en décembre dernier. On manque aussi de diagnostic et d’objectifs macro-économiques pour savoir où on va. Cela donne le sentiment de se limiter au mot d’ordre présidentiel de start up nation. » 

Afin de « libérer les énergies » des entreprises de l'ESS, l’idée est d’abord de soutenir leur création [1] et de consolider leurs modèles économiques. Notamment en encourageant le mécénat de proximité des TPE et en développant la finance solidaire. Le relèvement à 72 500 euros annuels du plafond du chiffre d’affaires avant impôt commercial des associations et la contribution renforcée de l’assurance vie au financement du champ sont aussi annoncés.

Priorité à l’entrepreneuriat 

Outre le développement de l’entrepreneuriat social, via la révision de l’agrément Entreprise solidaire d'utilité sociale (Esus) en particulier, une des priorités est de valoriser l’innovation. Pour cela un référentiel est promis d’ici l’an prochain et un fonds de promotion de l’évaluation de l’impact social dès cette année. « Attention à ne pas avoir une acception trop réduite de l’ESS, prévient le président de l’Udes, Hugues Vidor. On ne peut  lui demander de se contenter de ne faire que de l'innovation, sans valoriser aussi ce qui est fait aujourd’hui sur les territoires. Raison de plus pour que ses représentants soient associés à la définition des politiques publiques qui les concernent. » « Les entrepreneurs sociaux ne constituent que 1% des acteurs du champ, complète Emmanuel Verny. Or, dans ce Pacte, il n’y a rien, ou presque, pour les 99 % que sont les associations, les coopératives et les sociétés coopératives. »

Organiser l’ESS

Autre axe, renforcer l’influence de l’ESS. La réforme du Conseil supérieur et la création « d’une représentation nationale unifiée » sont à l’ordre du jour. « C’est notre problème, pas celui de l’État ! s’agace Emmanuel Verny. De toute façon, avec ESS France, cette question est déjà réglée. » Nombreuses thématiques feront maintenant l’objet de groupes de travail. D’ici là, les acteurs auront tout loisir de faire des propositions, en vue d’une prochaine séance du Conseil supérieur prévue d’ici à la fin du 1er trimestre, rapporte le secteur.

[1] Avec le lancement du Fonds d'innovation sociale – Fiso#2 (21 millions d’euros) et de trois fonds d’amorçage (80 millions d’euros).

Gladys Lepasteur

Mobilisation spécifique pour les associations 

Le même jour, la feuille de route taillée sur mesure pour soutenir les associations a été présentée au ministère de l’Éducation nationale. Parmi les mesures annoncées, en réponse aux demandes des acteurs [1] ? Le lancement d’appels à projets territoriaux pour favoriser la création de nouveaux groupements d’employeurs et l’élargissement aux associations de moins de 20 salariés du dispositif Impact emploi leur permettant de « déporter leurs formalités administratives sur l’Urssaf ». De premières réponses qui n'éludent pas la nécessité d'un investissement renforcé de l’État, souligne le Mouvement associatif. Qui regrette l’absence de mesures immédiates notamment sur le renforcement du Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) et sur le soutien à l’emploi.  

[1] Pour une politique de vie associative ambitieuse et le développement d’une société de l’engagement, rapport, mai 2018

Publié dans le magazine Direction[s] N° 171 - janvier 2019






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 179 - octobre 2019
Convergence tarifaire. Se donner les moyens
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ACAIS

Directeur Maison d'Accueil Spécialisée

Citoyens & Justice

Directeur Général (H/F)

L'INITIATIVE

DIRECTEUR DE FOYERS DE JEUNES TRAVAILLEURS

ADAPEI 49

Directeur (H/F) du pôle enfants/adolescents (ISAS)

HANDICAP ANJOU

Directeur de Pôle H/F


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] se tiendra le 27 novembre, aux Salons Hoche, à Paris.
Pour y assister, inscrivez-vous ici.

Le Trophée Direction[s] est organisé sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018

Espace pratique