Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Pauvreté
Plus de cent propositions sur la table

21/03/2018
Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauveté des enfants et des jeunes

Fruits de la concertation sur la future stratégie de lutte contre la pauvreté des enfants, six rapports ont été remis le 15 mars à la ministre Agnès Buzyn. Dès le départ, le gouvernement a choisi de s'attaquer au sujet en partant des plus jeunes pour « rompre avec le déterminisme » du phénomène [1]. Mais la centaine de propositions – résultat de 17 déplacements en région, de 40 réunions nationales et d’une consultation en ligne – couvre l'ensemble de la problématique : accès aux droits, ressources, prévention, insertion, accompagnement et gouvernance. Largement associé, le secteur associatif se dit satisfait de la démarche et des documents dans lesquels « les douze demandes du Collectif Alerte sont bien présentes », approuve son président François Soulage.

Augmenter l’Ondam spécifique

En matière d'accompagnement des publics, une série de mesures vise à développer les dispositifs « générateurs de dépenses sanitaires évitées ». L’augmentation de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam) médico-social de 20 % sur les trois prochaines années permettrait ainsi de créer des lits d’accueil médicalisés et halte soins santé (LAM et LHSS), de renforcer les structures d’addictologie, d’accroître les moyens des appartements de coordination thérapeutiques (ACT) ou encore du programme « Un chez soi d’abord ». Autres pistes encore : déployer les services à domicile (Ssiad, Samsah…) auprès des personnes sans logement propre (en hébergement, squat) et mettre fin aux « sorties sèches » des dispositifs (aide sociale à l’enfance, hébergement, médico-social). 

Miser sur le territoire

Enfin sur la gouvernance, l’ambition est de réussir à « piloter la lutte contre la pauvreté à partir des territoires », principal échec du précédent plan 2013-2017. Avec la contractualisation entre l’État et les territoires en cours comme instrument d’engagement des départements sur le sujet.

Reste à savoir ce que deviendront ces rapports. Agnès Buzyn et le délégué interministériel Olivier Noblecourt y travaillent jusqu’en avril avant les arbitrages présidentiels. « Nous attendons des actes concrets et espérons qu’Emmanuel Macron s’emparera d’un maximum de propositions. Il ne faut pas que l’exercice se limite à l’accueil de la petite enfance, prévient Florent Gueguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité. Certains sujets comme la régularisation des familles dans l’hébergement ne coûtent rien, et demandent juste de la volonté politique. »

[1] Lire Direction[s] n° 158 p. 8

 

 

Noémie Colomb

Publié dans le magazine Direction[s] N° 163 - avril 2018






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 188 - juillet 2020
Environnement. S'engager durablement
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
CESAP

Directeur (H/F)

Foyer d'Accueil Médicalisé

Directeur(trice) établissement médico-social

CESAP

Directeur (H/F)

Le Département du Lot

Directeur adjoint des Territoires H/F

LA SOURCE LANDES ADDICTIONS

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.