Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Dépendance
Une loi promise avant fin 2019

20/06/2018
Jean-Pierre Riso, président de la Fnadepa

Répondant au malaise des professionnels du secteur des personnes âgées, la ministre Agnès Buzyn a enfin dévoilé sa feuille de route sur le grand âge le 30 mai dernier. Au menu ? Des mesures immédiates essentiellement en direction des établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad) et l’annonce d’un débat national avant le vote d'une loi promise par Emmanuel Macron pour fin 2019 permettant de « construire un nouveau risque ».

La médicalisation accélérée

La ministre a ainsi confirmé que les Ehpad fragilisés par les effets de la réforme de la tarification verront leurs ressources maintenues à leur niveau actuel jusqu’en 2019 [1]. Et tous bénéficieront plus rapidement de crédits permettant de recruter des soignants. Initialement prévue jusqu’en 2023, la montée en charge de l’enveloppe consacrée à la médicalisation sera ainsi achevée fin 2021, accélérant le versement de 143 millions d’euros. À noter aussi, un plan de soutien à la rénovation des structures « d’au moins 100 millions d’euros par an à partir de 2019 ». Par ailleurs, l’année prochaine, 1000 places financées par l’assurance maladie seront réservées aux personnes âgées sortant d’hospitalisation avant leur retour à domicile. Des moyens seront également dégagés pour renforcer les équipes mobiles de gériatrie et les dispositifs de télémédecine.

Jugées positives pour donner de l’air aux établissements, ces solutions répondent toutefois « à une vision très sanitaire », déplore Clémence Lacour, responsable des relations institutionnelles à la fédération nationale Fnaqpa : « Or, si l’on veut que les Ehpad redeviennent attractifs, il faut aussi renforcer l’accompagnement social ».

Une réforme d'ampleur

Le débat à venir sur la prise en charge à l’horizon 2025 de la perte d’autonomie apportera-il des réponses en ce sens ? C’est ce qu’espèrent les fédérations prêtes à participer à la concertation. Il s’agira en particulier de définir les meilleures réponses en matière d’accompagnement, de déterminer le socle des soins et services que la collectivité doit assurer, de proposer des scénarios de financement et de dessiner les évolutions de la gouvernance qui en découlent. Au cœur du sujet : la question des moyens. « Il faut 6 ou 10 milliards pour répondre aux enjeux à venir », prévient déjà Jean-Pierre Riso, président de la Fnadepa, pour qui ces mesures « ne peuvent être que le début d’une réforme d’ampleur permettant notamment de valoriser les métiers, de former les soignants et de renforcer les moyens à domicile ».

[1] 49 millions d'euros (dont 29 millions en 2018) sont prévus. Lire dans ce numéro p 8.

Noémie Colomb

Publié dans le magazine Direction[s] N° 166 - juillet 2018






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 197 - mai 2021
Impact social. Au service des valeurs
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
GROUPE SOS Jeunesse

DIRECTEUR GENERAL H/F

Association EMPREINTES

Directeur financier (H/F)

GEDHIF

DIRECTEUR (H/F)

Le Fil d'Ariane

Psychiatre/Pédopsychiatre H/F

Ville de Nanterre

Responsable administratif H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.