Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Plan Addictions
"C’est un entre-deux insatisfaisant"

23/01/2019

Après plusieurs reports, le plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022 a été publié le 8 janvier. Sans impulsion assumée, regrette Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération Addiction.

Rarement mobilisation nationale aura été aussi « discrète ». De quoi cela est-il le signe ?

Nathalie Latour. En effet, elle a été dévoilée par un tweet de la mission interministérielle Mildeca. Cela montre la difficulté à créer l’impulsion politique nécessaire, compliquée par les divergences exprimées au sein du gouvernement, sur l’alcool en particulier. Rappelons que le plan Santé a été porté, au moins dans sa présentation, par plusieurs ministres ; celui sur la Pauvreté a même eu une incarnation présidentielle. Et là, rien. En échange, on aurait pu imaginer qu’il soit très technique : mais ce n’est pas non plus un plan opérationnel, avec des mesures, des objectifs chiffrés, un calendrier et des moyens.  Résultat ? C’est un entre-deux insatisfaisant.

Quels sont ses points forts ?

N. L. IL est plutôt bien construit. Ce qui touche à la prévention et à la mobilisation des acteurs notamment est intéressant : nécessité d’élargir le cercle des professionnels impliqués, actions de prévention dans la durée, programmes développés au plus près des lieux de vie… Tout comme les mesures sur la réduction des risques (RDR) – même si nous regrettons l’absence de référence au vapotage, outil avéré de la lutte contre le tabac. Enfin, la volonté affichée de construire un discours public rénové sur les risques induits, en particulier par l’alcool, est une bonne chose, comme l’a compris le Conseil économique,  social et environnemental (Cese) [1]. Il faut trouver le bon équilibre entre une société que certains rêvent sans alcool, les enjeux économiques, ceux de santé publique et la protection des plus vulnérables.

Les structures d’addictologie y trouvent-elles leur compte ?

N. L. Plusieurs mesures les concernent directement : organisation et lisibilité du secteur, partenariat entre le sanitaire et le médico-social, lien entre les centres d’accompagnement Csapa et Caarud, évolution du référentiel de RDR… Par ailleurs, sur l’expérimentation des salles de consommation à moindre risque [2], l’évolution du cahier des charges devient urgente pour s’adapter aux nouveaux usages. Or, rien ne bouge depuis plus d’un an. Les acteurs de santé publique ne peuvent être laissés seuls en première ligne pour convaincre de la pertinence des actions de RDR ! De notre côté, la mobilisation sera poursuivie, même si les incohérences du discours public font perdre un temps considérable.

[1] « Les addictions au tabac et à l’alcool, 2019-2022 », rapport, janvier 2019

[2] Lire Direction[s] n° 155, p. 4

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 172 - février 2019






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 189 - septembre 2020
Accès aux soins. Quel remède miracle ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
APAJH Alpes de Haute Provence

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

UGECAM NORD-EST

DIRECTEUR (H/F)

FAM Héméralia

Responsable Administratif et Financier

Sauvegarde de Seine Saint Denis

DIRECTEUR DES SERVICES ET DE L'ACTIVITE (H/F)

PETITES SOEURS DES PAUVRES MA MAISON

Infirmier coordinateur / Cadre de santé H/F


Voir toutes les offres
Agenda
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.