Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Jeunes majeurs
« Le cœur du sujet, c’est le financement »

22/05/2019

L’Assemblée nationale a modifié profondément en première lecture la proposition de loi Bourguignon sur l’accompagnement des jeunes majeurs, suscitant de vives réactions. Le point de vue de Jean-Paul Raymond, président de l’Association nationale des directeurs d’action sociale et de santé des départements et métropoles (Andass).

Quel regard portez-vous sur ce texte amendé ?

Jean-Paul Raymond. Même dans sa version initiale, il était ambigu. D’une part, par son timing, puisque des travaux sont déjà en cours sur la protection de l’enfance (contractualisation avec l'État, préparation du Pacte). D’autre part, il prévoit une obligation d'accompagnement pour les départements sans réellement définir de compensation financière. C’est pourtant le cœur du sujet ! Si la plupart de ces derniers se désengagent des contrats jeunes majeurs (CJM), c’est bien pour une raison budgétaire.

Le texte instaure un contrat d’accès à l'autonomie. Se substituerait-il au contrat jeune majeur ?

J.-P. R. Que certains départements considèrent ce nouveau contrat comme leur seule obligation : c’est la crainte exprimée, à juste titre, par des associations. Mais ils ne pourront jamais être l’alpha et l’oméga de l’accompagnement et se substituer aux CJM étant donné le budget de 60 millions d'euros prévu par l'État. Par exemple, Paris consacre déjà à lui seul environ 40 millions d'euros par an pour la signature de 1280 CJM. Cette enveloppe incitera uniquement à créer des postes d’accompagnant… Et qui paiera pour le logement ?

Ces mêmes associations dénoncent l’exclusion d’une partie des jeunes majeurs de ces contrats. Partagez-vous leurs craintes ?

J.-P. R. En créant une discrimination par l’âge, ce texte aura en effet des effets pervers. Je pense notamment aux mineurs non accompagnés (MNA), déjà stigmatisés par le fichage national biométrique, qui risquent d’être exclus. Un mois, deux mois… Qu’est-ce que cela change dans la nécessité d'accompagner le majeur ? Laissons faire les professionnels du terrain qui connaissent les jeunes et analysent chaque situation de manière individuelle ! On créé un cadre rigide alors que nous avons besoin de souplesse. Il faut prendre le temps de réfléchir et surtout d’intégrer le sujet dans un projet global sur la protection de l'enfance.

Propos recueillis par Laura Taillandier

Publié dans le magazine Direction[s] N° 176 - juin 2019






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 199 - juillet 2021
Sexualité des usagers. Vers la fin du tabou ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Fondation Jacques Chirac - Mas les Tamaris

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

APSI

DIRECTEUR H/F

MOISSONS NOUVELLES

CHEF DE SERVICE (H/F)

Département de Haute-Loire

Responsable Action sociale Insertion H/F

ADSEA 01

CHEF DE SERVICE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.