Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Pauvreté
« Il est urgent de changer de braquet »

18/11/2020

Face à l’explosion de la pauvreté aggravée par la crise, l’heure n’est plus aux mesures conjoncturelles, analyse le président du collectif Alerte, Christophe Devys.

De nombreuses personnes pourraient basculer dans la pauvreté d’ici à la fin 2020. Qui sont-elles ?  

Christophe Devys. Au-delà de l’appauvrissement de ceux qui étaient déjà en situation de pauvreté, il est vrai que la crise a aussi eu un impact, moins immédiat mais très profond, sur un nouveau public. Comme les 18-25 ans sans filet de sécurité ni soutien familial et les petits commerçants qui ont dû fermer leur porte. Sans compter les indépendants, en particulier les micro-entrepreneurs qui, face à la chute de leur chiffre d’affaires, se retrouvent dans un état critique. Si leur nombre est difficile à évaluer, le chiffre d'un million régulièrement avancé semble vraisemblable, y compris pour le gouvernement. Il est probable que cela ne s’arrête pas là une fois supprimées les mesures de soutien aux entreprises (chômage partiel, fonds de solidarité…).

La réponse de l’État, qui a remis 1,8 milliard d’euros sur la table fin octobre pour financer des mesures spécifiques, n’est-elle à la hauteur?

C. D. Non. Le problème dans le volet « aides monétaires » de son plan, c’est qu’elles ne sont que ponctuelles. Comme si l’enjeu se résumait à donner aux personnes de quoi vivre un peu moins mal cette année 2020, avant la reprise. Or, il faut comprendre que nous vivons trois crises successives – sanitaire, économique et sociale – appelées à durer. Vu la gravité de la situation et la faiblesse actuelle des minima sociaux, le sujet doit s’appréhender de manière structurelle, en augmentant durablement le RSA. Une hausse de 20 % reviendrait à un budget de 2,5 milliards d’euros, à mettre en regard, par exemple, avec les 8 milliards qu’aura coûtés l’exonération de taxe d’habitation des 20 % de foyers les plus riches. C’est avant tout une question de choix politiques.

Les dispositifs prévus par le Plan Jeunes font-ils exception [1] ?

C. D. Il contient des choses pertinentes, mais les solutions avancées passent essentiellement par un renforcement de l’existant (Garantie jeunes, emplois aidés…). Or, vu quelle sera la situation des jeunes demain, il faut vite changer de braquet en instaurant pour eux un dispositif analogue à l’esprit initial du RMI : un droit à l’accompagnement, connecté à un revenu.

Que pensez-vous de la mise en œuvre de la Stratégie de 2018, sujet d’un récent bilan d’étape [2] ?

C. D. Bien qu’intéressante, cette Stratégie, déjà jugée modeste à l’époque avec ses 9 milliards d’euros de budget, affiche des résultats qui le sont tout autant. Par exemple, en 2021, on sera à peine au stade de l’expérimentation du service public d’insertion ! Quant au revenu universel d’activité (RUA), autre dossier structurant, l’exécutif devait se prononcer cet été sur la base des simulations attendues à l’issue des concertations… qui n’ont toujours pas été faites. Même si le Premier ministre a indiqué en octobre que la réforme allait être relancée, l’avenir de cette réforme reste flou. En tout état de cause, on voit mal comment elle pourrait voir le jour sous ce quinquennat.

[1] Lire Direction[s] n° 189, p. 10

[2] Mise en œuvre de la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. Bilan d’étape, octobre 2020, sur www.solidarites-sante.gouv.fr  

Propos recueillis par Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 192 - décembre 2020






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 192 - décembre 2020
Dossier spécial. Crise sanitaire : quel monde d'après ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Département de la Haute-Vienne

Sous-directeur(trice) (F/H)

Harpèges « les accords solidaires »

RESPONSABLE DE PÔLE HEBERGEMENT-LOGEMENT (H/F)

VILLE D'ELBEUF-SUR-SEINE

DIRECTEUR/UNE DIRECTRICE JEUNESSE SPORT ET DEVELOPPEMENT SOCIAL

ADAPEI DE LA DROME

DIRECTEUR DE SITE (H/F)

AGFTS

DIRECTEUR (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.