Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Justice des mineurs
« La césure pénale doit devenir la norme »

16/12/2020

Applicable fin mars, le Code de justice pénale pour mineurs (CJPM) a fait son entrée au Parlement en décembre. Le point avec Sophie Diehl, conseillère Justice des enfants et des adolescents à la fédération Citoyens et Justice.

Comment jugez-vous l’adoption le 11 décembre du projet de loi de ratification par une petite poignée de députés [1] ? 

Sophie Diehl. C’est ce que l’on craignait : une telle réforme mise en œuvre par ordonnance ne laisse en réalité que peu de place au débat. La plupart des rares amendements adoptés n’étaient en réalité que rédactionnels. Dans une actualité parlementaire chargée, les députés ont privilégié les textes sur lesquels ils pouvaient peser, en lieu et place d’un simple texte de ratification. Pourtant, n’oublions pas que la réforme de l’ordonnance de 1945 est nécessaire. Le Code de justice pénale pour mineurs (CJPM) réussit son pari en clarifiant les procédures et simplifiant les mesures éducatives. Un bémol toutefois : les Codes pénal et de procédure pénale restent malheureusement encore la norme, y compris pour les mineurs. Une séparation stricte devrait être établie.

Quel est désormais l’enjeu prioritaire ? 

S. D. La césure pénale assurément ! Elle promettait d’être une excellente procédure permettant de considérer les victimes, de déclarer rapidement la culpabilité et d’ouvrir une vraie période éducative. Or, le texte prévoit aujourd’hui de l’appliquer aux primo délinquants et de réserver une audience unique aux réitérants et récidivistes, ceux-là mêmes pour lesquelles la césure était prévue dans le projet de Nicole Belloubet ! Ce sont eux qui constituent pourtant le cœur du problème : 7 % des mineurs mis en cause commettent à eux seuls 36 % des délits. On passe à côté de tout l’intérêt de la césure qui doit devenir la norme, non l’exception. Par ailleurs, la notion du discernement établie par défaut à 13 ans doit impliquer l’instauration de réponses administratives spécifiques en infra judiciaire. Or, le texte est muet sur ce point.

La mesure éducative judiciaire unique constitue toutefois une avancée ?

S. D. Absolument. Elle permet un accompagnement dans la durée en pré et post-sentencielle, via une mesure adaptée et adaptable à chaque situation. Sous réserve, encore une fois, de disposer d’une césure pénale de qualité, pouvant donner lieu à une déclaration de réussite éducative par le juge ! Tout est lié. Autre bonne nouvelle : l’annonce par le Premier ministre l’été dernier dans le cadre de la justice de proximité d’un budget destiné à financer les alternatives aux poursuites qui, il est vrai, n’ont pas été réfléchies dans le cadre du CJPM. Cela pourrait constituer une véritable première réponse pénale qualitative pour peu que les magistrats et la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) s’en saisissent, en s’appuyant sur les associations.

[1] Le texte est arrivé au Senat le 14 décembre.

Propos recueillis par Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 193 - janvier 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 200 - septembre 2021
Équipes de direction. Responsables jusqu'où ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Fondation Jacques Chirac - Mas les Tamaris

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

Association Les Apsyades

Directeur administratif et financier (h/f)

ACTION ENFANCE

CHEF DE SERVICE H/F - CHATEAUNEUF SUR LOIRE (45) - CDI

Sésame Autisme Languedoc Roussilon

RESPONSABLE DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

ARFIS OI - IRTS La Réunion

RESPONSABLE DE FORMATION (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
24 au 25 septembre 2021, à Reims

Innover pour l’habitat des seniors : idées, projets, solutions

27 et 28 septembre 2021, à Paris et à distance

Congrès national des âges et du vieillissement

27 et 28 septembre 2021 à Paris

Les Esat, producteurs d'inclusion

28 au 30 septembre 2021, à Paris ou à distance

La participation : une voie vers l'inclusion?

28 septembre 2021, à Nantes

L’âgisme en Ehpad : comment y faire face ?


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.