Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Ségur de la santé
Le secteur trop à la marge ?

17/06/2020
Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé © Min. soc./Dicom/N.Revelli Beaumont/Sipa Press

Mi-juillet les conclusions du Ségur de la santé sont attendues. La grande concertation pilotée par Nicole Notat débouchera-t-elle sur une grande réforme ou de simples mesurettes ? Une chose est sûre : sur les 300 participants de départ le 25 mai, très peu représentent le secteur social et médico-social. Faute d’y être associé, le Collectif Handicaps diffuse ainsi ses propositions pour que les personnes handicapées ne soient pas oubliées…

« La balance penche fortement du côté de l’offre de soins et plus particulièrement de l’hôpital public », confirme Antoine Perrin, directeur général de la fédération d’employeurs Fehap qui participe aux débats. « Le médico-social arrive toujours en queue de peloton », regrette Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du syndicat Synerpa qui y contribue aussi. « À croire que la crise n’aura pas servi à prendre conscience que le médico-social devrait être tout aussi important que le sanitaire. Or, c’est tout l’enjeu : si le premier était plus fort et structuré, cela désemboliserait le second… Nous savons bien que le nombre d’hospitalisations chute quand les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ont recours à la télémédecine ou à des infirmières la nuit. »

Manque de visibilité

Transformation des métiers et revalorisation des soignants, nouvelle politique d’investissement, simplification de l’organisation, et fédération des acteurs dans les territoires… Moins de deux mois pour travailler sur ces quatre axes, c’est peu. « Les sujets partent un peu dans tous les sens ; un gage de transparence et de dialogue, commente Antoine Perrin. Des réunions sont annulées, ajoutées, décalées… Mais cela manque un peu de clarté dans la méthode et de visibilité. » Les priorités de la Fehap ? Une meilleure prise en compte du domicile, une reconnaissance de la prévention, l’affirmation de la démocratie sanitaire, un pilotage plus fluide et opérationnel, un « modèle de financement plus vertueux, sécurisant et responsable », ou encore d’une revalorisation des métiers.

Quant à l’association de directeurs AD-PA, son directeur Romain Gizolme souhaite que « cette concertation débouche sur du concret dès 2020 en matière de salaires, de carrières et d’emplois pour engager un plan de recrutement. Il faut surtout que le Ségur nourrisse des projets plus ambitieux ». En ligne de mire ? La 5e branche liée à l’Autonomie et la réforme du Grand âge.

Aurélie Vion

Publié dans le magazine Direction[s] N° 188 - juillet 2020






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 189 - septembre 2020
Accès aux soins. Quel remède miracle ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Département de la Haute Garonne

DIRECTEUR ADJOINT DE LA COORDINATION ET DU DEVELOPPEMENT SOCIAL

APAJH Alpes de Haute Provence

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

UGECAM NORD-EST

DIRECTEUR (H/F)

FAM Héméralia

Responsable Administratif et Financier

Sauvegarde de Seine Saint Denis

DIRECTEUR DES SERVICES ET DE L'ACTIVITE (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
30 septembre au 2 octobre 2020, à Issoudun (Indre)

Évaluer... Évoluer : le sens de la mesure

30 septembre au 2 octobre 2020, à Toulouse

Travail social et numérique : évolution ou révolution ?

2 octobre 2020, à Paris

Quelle société pour demain ?

5 octobre 2020, à Paris

Psychiatrie, santé mentale et parcours des personnes vulnérables...

5 et 6 octobre 2020, à Rennes

Éthique et vieillissement


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.