Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

PCH
Déception sur les aides à la parentalité

20/01/2021

Promise lors de la Conférence nationale du handicap (CNH) il y a un an, et créée le 1er janvier [1], la prestation de compensation du handicap (PCH) Parentalité laisse les acteurs sur leur faim. « Nous sommes sceptiques sur les modalités : il faut être éligible aux critères contraignants de la PCH et la notion de forfait est injuste », illustre Malika Boubekeur, conseillère nationale d’APF France handicap. Sont prévues 30 heures par mois pour l'aide humaine (habillage, toilette…) lorsque l’enfant a moins de trois ans (900 euros) et 15 heures jusqu’à sept ans (450 euros). « Quelque soit le nombre d’enfants ! Même si l’aide est majorée de 50 % pour les familles monoparentales, cela reste faible. En Ille-et-Vilaine par exemple, un dispositif extralégal prévoit cinq heures d’intervention par jour… », illustre-t-elle.

Une aide technique forfaitaire est également prévue : 1400 euros à la naissance de l'enfant, 1200 euros à son troisième anniversaire et 1000 euros à son sixième. Un coup de pouce bienvenu qui s'accompagne de la suppression de l'âge limite de 75 ans avant lequel déposer une première demande de PCH, ainsi que de l’ouverture de cette dernière aux besoins liés à la préparation des repas et à la vaisselle. « Sauf que celle-ci est conditionnée à un plafond (1 h 45) inchangé pour les actes liés à l’alimentation. C’est  incompréhensible », nuance la conseillère. Qui s'interroge aussi sur le fait que la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour 2021 ne prévoit un versement aux départements au titre de la PCH Parentalité qu'à compter de 2022.

Des perspectives à domicile

Reste que ces changements ouvrent des perspectives pour les services d'aide à domicile, notamment « familles » : « Ces missions sont valorisantes pour les professionnels qui ont une appétence pour ce type d’intervention. Il faudrait développer les qualifications adéquates. C’est un champ très intéressant à creuser dans le cadre de la mission Laforcade sur l’attractivité des métiers », se réjouit Malika Boubekeur. Sans oublier le déploiement d’un service d’accompagnement à la parentalité des personnes en situation de handicap (SAPPH) par région, annoncé par le secrétaire d’État Adrien Taquet. « C’est tout un pan qu’il reste à consolider. »

[1] Arrêté du 17 décembre et décret n° 2020-1826 du 31 décembre 2020

Laura Taillandier

Publié dans le magazine Direction[s] N° 194 - février 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 201 - septembre 2021
Aller-vers. Prendre les devants
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Association Mlezi Maoré

Directeur de Pôle H/F

Les PEP Grand Oise

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Délégation générale Groupe SOS

CADRE DE SANTE H/F

APAJH LOIRET

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)

Département de la Haute Garonne

Directeur adjoint H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.