Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

ESMS spécifiques
“L’aller vers”, une modalité pérennisée

20/01/2021

C’est l’aboutissement d’un long travail de conviction auprès des pouvoirs publics. Un récent décret est venu réviser les modalités d’organisation et de fonctionnement des appartements de coordination thérapeutique (ACT) et des lits halte soins santé (LHSS), afin notamment qu'ils puissent assurer des missions complémentaires d’accompagnement médico-social sans hébergement. « Les dispositifs d’ACT à domicile, expérimentés depuis cinq ans [1], mais aussi les LHSS hors les murs sont ainsi pérennisés, se félicite Laurent Thévenin, délégué national de la Fédération Santé Habitat. Ils ont montré toute leur pertinence durant la crise sanitaire et sont soutenus par des crédits décidés lors du Ségur de la santé, à hauteur de 32,1 millions euros. » De quoi asseoir les initiatives d’ACT déjà existantes, permettre aux équipes pluridisciplinaires des LHSS d’aller vers des personnes sans domicile fixe pour les ramener vers le soin, ou encore de faciliter la création d’accueils de jour médicalisés au sein de LHSS, escomptent les pouvoirs publics.

Normes sanitaires renforcées

Autre changement notable à attendre ? L’amélioration à venir des équipements sanitaires en LHSS, comme en lits d’accueil médicalisé (LAM) qui devront tous comporter un lavabo et un cabinet de toilette par chambre, ainsi qu’une douche pour cinq personnes accueillies. Des normes obligatoires pour les autorisations délivrées à compter de début 2023. « L’intention est bonne, reprend Laurent Thévenin. Mais cela entraînera sans doute une modification des conditions architecturales des bâtiments, nécessitant de la maîtrise d’ouvrage pour certains gestionnaires. Il faudra donc prévoir un accompagnement et un soutien à l’investissement pour ne pas en arriver à supprimer les autorisations de ceux qui n’auraient pu être dans les clous à temps. »

Enfin, le régime d’autorisation des LHSS et des LAM est simplifié, via la suppression des seuils minimal et maximal encadrant leur nombre de lits. « L’idée étant d’en favoriser le développement, en évitant la multiplication des petits projets qui reviennent à atomiser les dispositifs », décrypte Laurent Thévenin.

Décret n° 2020-1745 du 29 décembre 2020

[1] Lire Directions n° 144 p. 8

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 194 - février 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 199 - juillet 2021
Sexualité des usagers. Vers la fin du tabou ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
APSI

DIRECTEUR H/F

Fondation Jacques Chirac - Mas les Tamaris

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

ACTION ENFANCE

CHEF DE SERVICE H/F - CHATEAUNEUF SUR LOIRE (45) - CDI

PEP 71

Directeur de Pôle H/F

Département de la Haute Garonne

RESPONSABLE ADJOINT DE MAISONS DES SOLIDARITÉS H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.