Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Santé mentale
Des annonces en demi-teinte

13/10/2021

Les mesures présentées lors des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie fin septembre ne répondent pas suffisamment aux besoins des personnes, selon le champ associatif. Une réforme de la PCH, une meilleure coordination et des moyens pour soutenir la vie autonome sont toujours attendus.

© Min. soc./DICOM/Tristan Reynaud/Sipa Press

Plusieurs associations avaient alerté en juin, lors de la préparation des Assises de la santé mentale, sur l'importance d’inclure davantage les acteurs sociaux et médico-sociaux. En vain, selon elles : l’approche sanitaire a de nouveau pris le dessus, comme lors du débat sur l’addictologie où les professionnels de centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa) et d'accompagnement à la réduction des risques des usagers de drogues (Caarud) n’ont pas eu voix au chapitre. « C’est emblématique de la difficulté à mettre en avant la nécessité de décloisonner ces secteurs, essentiels pour l’accompagnement des personnes », estime Laurie Fradin, consillère Santé à l’union interfédérale Uniopss. Elles saluent toutefois la palette d’annonces présidentielles : remboursement des consultations de psychologue sur prescription médicale dès l’âge de trois ans, création de 400 postes en centres médico-psychologiques (CMP) infanto-juvéniles dès 2022, d’une Maison des adolescents par département et de 100 places d’accueils familiaux thérapeutiques sur deux ans. Ce plan d’urgence prévoit également la création de quatre Maisons des enfants pour coordonner l’accompagnement en santé mentale des 3-11 ans, avant éventuelle généralisation. Pour les adultes, il entérine 400 nouveaux postes en CMP, le renforcement du budget alloué aux groupes d’entraide mutuelle (GEM) et à la création de postes de psychologue dans les services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) et ceux polyvalents d’aide et de soins à domicile (Spasad). Enfin, le déploiement de 20 équipes mobiles pour l’accompagnement psychiatrique en Ehpad est annoncé.

Réécrire le décret PCH

« Emmanuel Macron a essayé de pacifier les colères à droite et à gauche dans le champ de la santé mentale, avec un regard à 360 degrés, donc je suis plutôt contente. Même si l’articulation soin et vie sociale manque toujours… », réagit Claude Finkelstein, présidente de la Fédération nationale des patients en psychiatrie (Fnapsy). Beaucoup plus critique, Marie-Jeanne Richard, présidente de l’Union nationale de familles et amis Unafam, regrette l’absence d’un axe sur le soutien à l’autonomie : « Nous demandons depuis un an la réforme de la prestation de compensation du handicap (PCH), aide humaine pour l’accès au logement individuel ou inclusif. Le décret actuel est discriminant et personne ne nous dit qu’on a tort. »

Le secrétariat d’État chargé des Personnes handicapées a annoncé le 5 octobre le lancement de travaux sur trois territoires (Ardennes, Gironde, Vosges) pour l’adaptation de la PCH aux handicap psychique et troubles du neuro-développement. Il assure qu’à l’issue, prévue en février 2022, « les textes réglementaires seront adaptés ». Une perte de temps, estime Marie-Jeanne Richard : « Nous savons déjà ce qu’il faut faire pour décloisonner. »

Urgence post-Covid

D’autant que ce calendrier, comme celui de la mise en œuvre globale du plan à partir de 2022, se rapproche fortement de l’échéance électorale présidentielle. « Que va-t-il se passer après, et quels moyens seront garantis ensuite ? », interroge Laurie Fradin. L’Uniopss déplore aussi qu’un travail de capitalisation n’ait pas encore été mené sur les projets territoriaux de santé mentale (PTSM). « Ce sont des outils indispensables pour la coordination des acteurs : les diagnostics territoriaux effectués montrent les effets positifs de cette dynamique qu’il faut amplifier », souligne-t-elle. Enfin, l’Unafam pointe les files d’attente persistantes pour accéder aux dispositifs. Selon son baromètre paru le 6 octobre, 84 % des adhérents déclarent que leur proche n’est pas accompagné par un service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS), 91 % par un dispositif d’emploi accompagné. Si les moyens dans le champ de la santé mentale sont attendus depuis longtemps, la crise sanitaire a amplifié l’urgence : selon une étude publiée le 9 octobre dans The Lancet, les troubles dépressifs majeurs et troubles anxieux ont augmenté de 28 % et 26 % dans le monde en 2020.

Laetitia Delhon

Publié dans le magazine Direction[s] N° 202 - novembre 2021






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 203 - décembre 2021
Baromètre Direction(s). Manque d'attractivité, le seuil d'alerte est dépassé
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
ADDSEA Sauvegarde Bourgogne Franche Comté

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

Ville de Romainville

RESPONSABLE DE CENTRE SOCIAL (H/F)

Résidence d’Automne - APADIC

DIRECTEUR EHPAD H/F

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.