Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Mobilité dans la Bass
« Miser sur la GPEC »

05/12/2012

Avec Unifaf, l’observatoire paritaire des métiers et des qualifications de la branche associative sanitaire et sociale (Bass) s’est penché sur les parcours professionnels [1]. Selon son président, Jean-Marie Poujol, l’attractivité du secteur et la fidélisation des salariés sont devenues cruciales.

Quelles sont les perspectives de mobilité pour les salariés de la branche ?

Jean-Marie Poujol [2]. Nous entrons dans une période plus tendue, ce qui pourrait avoir pour conséquence de limiter la mobilité des salariés, qu’il s’agisse de changement de secteur, de fonction, de statut...

La branche, qui vient de connaître ses « Trente Glorieuses », c’est-à-dire des années caractérisées par le plein emploi, a pris l’habitude de qualifier d'abord le personnel « faisant fonction », c’est-à-dire non titulaire du diplôme requis. Depuis plus de dix ans, près de la moitié des fonds de l'organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) Unifaf ont ainsi été consacrés à la qualification.

Aujourd’hui, les contraintes budgétaires et réglementaires se renforcent, alors que les besoins des usagers ne cessent de croître et qu’un mouvement de regroupement est en cours. La gestion des remplacements – qui vont d’ailleurs s’intensifier dans les années à venir, du fait du départ à la retraite de nombreux cadres – est rendue plus compliquée. Les employeurs sont plus sélectifs. Et la question de l’attractivité du secteur se pose de plus en plus. Or les dirigeants associatifs n’ont pas de latitude en matière de rémunération.

Comment y remédier ?

J.-M. P. Pour convaincre de nouveaux salariés, restent le projet de la structure et les conditions de travail qu'elle propose. Pour les fidéliser, les modes de management, la qualité du dialogue social, la santé au travail et notamment, la prévention de l’usure professionnelle, constituent des défis importants à relever. Les employeurs doivent aussi être attentifs à l’évolution des postes, et les fins de carrières doivent être aménagées. Le développement de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), notamment territoriale, est une réponse pertinente à tous ces enjeux.

C'est-à-dire ?

J.-M. P. Il s’agit de regarder comment cette mobilité peut s’organiser entre les structures sur un même bassin, mais aussi entre les branches – je pense notamment à des passerelles vers l’animation ou le tourisme social. Il ne faut négliger aucun dispositif : les emplois d’avenir, les contrats de génération, la préparation opérationnelle à l’emploi (POE), les plans de formation, les fonds mutualisés des OPCA… Ni aucun partenaire : les observatoires régionaux, les autres branches… L’ambition d’Unifaf et de l’observatoire est claire : il est temps de jouer collectif !

[1] Regards croisés sur les mobilités, Observatoire de la branche avec Unifaf, novembre 2012. Enquête réalisée au premier semestre 2012 auprès d'une centaine de professionnels, directeurs et représentants du personnel, en collaboration avec quatre observatoires régionaux de l’emploi et de la formation.

[2] Représentant le collège employeurs, au titre du Syndicat d’employeurs associatifs de l’action sociale et médico-sociale (Syneas)

Propos recueillis par Aurélia Descamps

Qu’est-ce qui pousse les salariés de la Bass à bouger ?

L’étude réalisée par l’observatoire de la branche distingue plusieurs types de mobilité. Celle « réglementaire », caractéristique de la normalisation à l’œuvre dans les années 1990-2000, répond à un impératif de qualification. Le recours à du personnel « faisant fonction » et la faible différenciation des postes au sein d’une même structure peuvent aussi motiver une demande de formation à des fins de reconnaissance. De même que les phénomènes de « glissement de tâches ». Autre moteur du changement pour les salariés ? Le besoin d’étoffer leur expérience (nouveau public, maintien des compétences quand
le métier est technique…). Les professionnels peuvent également faire jouer la concurrence entre les secteurs ou les conventions collectives, pour améliorer leurs conditions d’emploi, et notamment, prévenir l’usure professionnelle. Enfin, la mobilité dite de « flexibilité » permet de profiter des regroupements à l’œuvre et de changer de structure au sein d’une même association, dans le cadre d’échanges interétablissements par exemple.

Publié dans le magazine Direction[s] N° 102 - janvier 2013






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 181 - décembre 2019
15e Trophée. L'audace à l'honneur
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Ville de Paris

DIRECTEUR ADJOINT D'ETABLISSEMENT (H/F)

Association AURORE

Chef de Service Espace Dynamique d'Insertion (H/F)

INSTITUT DE FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL

FORMATEUR (H/S)

LE CONNETABLE

DIRECTEUR ASSOCIATIF (H/F)

Délégation générale Groupe SOS

UN-E DIRECTEUR-TRICE EHPAD HAGONDANGE (57) H/F


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] s'est tenue le 27 novembre 2019. Nous vous donnons rendez-vous prochainement pour l'édition 2020 !

Le Trophée Direction[s] est organisé sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018