Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Formation professionnelle
Vers un toilettage du dispositif ?

26/04/2012

À défaut d’être « radical », le projet de réforme de la formation professionnelle esquissé par le sénateur UMP des Yvelines, Gérard Larcher, est pour le moins global. Remis le 6 avril dernier à l’Elysée, son rapport (1) propose notamment de délivrer les employeurs comptant au moins dix salariés de leurs obligations en matière de contributions au titre du plan de formation. Ce qu’elles soient légale (0,9 % de la masse salariale) ou conventionnelles. L’ancien ministre du Travail leur préfère une approche de la formation en termes d’« investissement immatériel » nécessaire et entend mettre fin aux effets pervers du principe de mutualisation des ressources collectées, qui profite dans les faits aux plus grandes structures. Afin d’encourager la prise en charge collective de ces questions, le sénateur recommande d’inscrire le plan de formation à l’agenda social des entreprises d’au moins 250 salariés. Et de retenir ce seuil (fixé à 300 actuellement) pour désigner celles tenues de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

Revoir la gouvernance

Concernant la « réorientation des fonds vers ceux qui en ont le plus besoin », objectif phare de sa mission, Gérard Larcher propose de revoir la gouvernance du système de formation des demandeurs d’emploi et plus largement, des publics fragilisés. Il est favorable à une politique commune territorialisée, qui associerait en particulier les acteurs de l’insertion. Selon cette même logique, les ressources du fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), à destination surtout des personnes les moins qualifiées, seraient également déconcentrées. Enfin, aux côtés de la création d'un « contrat formation emploi » pour les chômeurs et d'un « pacte de réussite professionnelle » pour les plus jeunes d’entre eux, le rapport préconise, pour l’ensemble des actifs, d’engager une réflexion autour d’un « compte individuel de formation », afin de relancer une promotion sociale en déclin. Reste à savoir si ses propositions survivront à un nouveau gouvernement.

(1) La formation professionnelle : clé pour l’emploi et la compétitivité, rapport de Gérard Larcher à la présidence de la République, avril 2012.

Aurélia Descamps

Publié dans le magazine Direction[s] N° 96 - juin 2012






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 188 - juillet 2020
Environnement. S'engager durablement
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Groupe sos Solidarités -Hébergement

Un·e Directeur·rice multi-établissements H/F

A.N.P.A.A. Bourgogne Franche-Comté

Directeur/ Directrice d’établissement(s) médico-social(aux) H/F

FEDERATION APAJH

DIRECTEUR ADJOINT PLATEFORME ENFANCE (H/F)

ACAIS

directeur de l’IME ACAIS (H/F)

Association Championnet - Esat Ménilmontant

RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.