Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Bass
La formation professionnelle en sursis ?

24/09/2014
Thierry Mathieu, président de l'Unifed

Après plus de trois ans de jachère, les partenaires sociaux de la branche associative sanitaire, sociale et médico-sociale (Bass) ont rouvert les négociations sur la formation professionnelle, le 4 septembre dernier. L’occasion pour le collège patronal Unifed d’annoncer un préalable : la dénonciation des accords de branche sur le sujet [1]. « La formation est aujourd’hui considérée comme un véritable investissement, et non plus comme une dépense, argumente son président, Thierry Mathieu. À chacun, pouvoirs publics, employeurs et syndicats, de se positionner sur ses objectifs et sur les financements alloués. En outre, il fallait éviter tout risque de superposition des anciennes et des nouvelles contributions opposables aux établissements. » Des textes dénoncés certes, mais dont les effets perdurent encore pendant 15 mois, faute de nouvel accord.

Part conventionnelle réduite ? 

Dénonçant la brutalité de la méthode, les six syndicats de salariés, qui réclament une commission mixte paritaire (CMP), ne décolèrent pas. « Avant même de parler des dispositifs, l’enjeu est d’obtenir le maintien à 2,3 % du niveau global de collecte », résume Jean-Marie Faure, secrétaire général adjoint de la CFTC Santé sociaux, qui craint une possible casse sociale du côté de l’organisme collecteur Unifaf. De leur côté, les organisations patronales ont d’ores et déjà fait connaître leur mise de départ pour la part conventionnelle [2] : « D’accord pour ouvrir la discussion sur la base de 0,7 %, mais nous n’irons pas au-delà sans contrepartie sur le contenu, prévient Thierry Mathieu. La réflexion ne peut être axée sur la seule qualification, mais également sur la professionnalisation. » « Le corollaire devra alors être la reconnaissance financière au sein des différents champs conventionnels, rétorque Joëlle Loussouarn-Peron, secrétaire fédérale de la CGT Santé et action sociale. Les employeurs prennent le risque de ne pas obtenir d’accord de branche étendu sur la formation professionnelle, ce en l’absence de convention collective unique. C’est suicidaire ! » En ligne de mire ? Le travail de rationalisation des branches professionnelles lancé le 22 septembre par le ministère de Travail, décidé à en réduire le nombre. Fin septembre, les syndicats attendaient de pied ferme la prochaine CMP, prévue le 29, pour avoir le détail des propositions d’Unifed.

[1] Accords n° 2005-06 (congé individuel de formation), n° 2005-07 (mutualisation des enveloppes) ; n° 2006-01 (apprentissage), n° 2008-01 (dispositifs de formation) ; n° 2010-01 (CPNE-FP) ; n° 2011-05 (Unifaf).

[2] En plus de la part légale fixée à 1 % de la masse salariale pour les structures de dix salariés et plus.

Gladys Lepasteur

Publié dans le magazine Direction[s] N° 124 - octobre 2014






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 186 - mai 2020
Spécial crise sanitaire
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
AMPP Viala

Directeur Général (H/F)

Les Papillons Blancs - ImPro Le Roitelet

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

Fondation PERCE - NEIGE

DIRECTEUR D'ETABLISSEMENT (H/F)

APHL

DIRECTEUR ADJOINT H/F

ATD QUART MONDE

RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET COMPTABLE (H/F)


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec :