Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Formation des directeurs et cadres

Dossier spécial 2018

22/05/2017 -  Que vous soyez directeur ou cadre, que vous fassiez vos premiers pas dans votre fonction ou que vous soyez un professionnel aguerri, la formation continue est un passage incontournable pour prendre vos marques, du galon ou rester en phase avec les évolutions de votre secteur. Face à vos besoins, une offre pléthorique existe, de durée, de contenu et de niveau de qualification différents. Autant de raisons de vous proposer ce dossier spécial afin de vous aider à vous orienter. Au menu ? Une édition actualisée et enrichie qui, sans prétendre à l’exhaustivité, vous aidera à faire les bons choix.

SOMMAIRE DU DOSSIER :

  • Formation, l'embarras du choix
  • Le Cafdes, la qualification de référence
  • D3S, passage requis pour piloter un établissement public
  • Des professionnels sur les bancs des facs et des grandes écoles
  • Le Deis, pour articuler recherche et animation de dispositifs
  • Le Caferuis, un cursus pour les cadres intermédiaires
  • Des séminaires pour actualiser ses compétences

Formation des directeurs et cadres
Le Deis, pour articuler recherche et animation de dispositifs

05/05/2021

Le diplôme d’État d’ingénierie sociale (Deis) permet aux chargés de mission, chefs de projet et cadres développeurs de perfectionner leurs compétences analytiques et méthodologiques. Toutefois, il peine à trouver sa place et des débouchés pour les titulaires.

Titre de niveau I, le diplôme d’État d’ingénierie sociale (Deis) est destiné aux professionnels à la charnière des fonctions de recherche et développement ainsi que d’animation de dispositifs : expertise, conseil, conception de projets, évaluation. Les chargés de mission, chefs de projet et autres conseillers techniques disposent ainsi d’une formation ad hoc. Son objectif ? Accompagner la progression de ces profils dans les organisations sociales et médico-sociales et le champ de l’intervention sociale en général.

Ressources humaines et prospectives

Le Deis vise le perfectionnement de ceux dont la fonction d’encadrement nécessite «de solides compétences analytiques et méthodologiques pour concevoir l’action et l’organiser, et les besoins de qualification de ceux qui postulent à des responsabilités engageant l’orientation et la décision, relatives à leur mission, dans une perspective de développement», notent les auteurs d’une évaluation de la réingénierie du diplôme, menée pour la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS).

Principaux attraits du diplôme ? L’accent mis sur la recherche et la prospective, ainsi que le niveau I de qualification pour un coût moins élevé que le certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale (Cafdes). Le prix de la formation est en moyenne de 12 000 euros ; le plus souvent, elle est financée sur le compte personnel de formation (CPF), via le projet de transition professionnelle.. «Les étudiants qui optent pour le Deis ne le font pas par défaut; il s’agit d’un véritable choix pour des personnes qui ne veulent pas se laisser enfermer dans des fonctions assignées», insiste Corinne Hommage, responsable de formation à l’Institut régional du travail social (IRTS) Nouvelle-Aquitaine.

Un double cursus

Le Deis s’inscrit dans le cadre d’une convention entre un organisme de formation et l’université ou un établissement d’enseignement supérieur. Son véritable plus ? L’articulation avec un master, soit pour les étudiants la possibilité de suivre un double cursus, afin d’allier cultures universitaire et professionnelle.

Pour entrer en formation, les candidats doivent justifier d’un diplôme ou titre au moins de niveau II. En deçà, ils disposent d’une expérience professionnelle dans le champ de l’intervention sociale (trois ans pour un diplôme de niveau III du secteur social, cinq ans pour un diplôme paramédical délivré par l’État). Tous se conforment à la procédure d’admission de l’établissement (dossier et entretien).

La formation menant au Deis court sur six semestres maximum. Elle comprend 700 heures d’enseignement théorique, structurées en trois domaines de formation :

  • production de connaissances ;
  • conception et conduite d’actions ;
  • communication et ressources humaines.

S’y ajoutent 175 heures de pratique sous la forme d’une étude de terrain (cinq semaines), réalisée collectivement et organisée dans le cadre d’une convention entre l’établissement de formation et le site d’accueil. Celle-ci vise la production d’une analyse à dimension prospective des projets, des programmes d’action ou des démarches évaluatives sur une proposition formulée par une organisation du secteur. Elle fait partie des trois épreuves permettant l’obtention du Deis. Les deux autres consistent en la rédaction d’un article de synthèse et la soutenance d’un mémoire de recherche à vocation professionnelle.

À noter. Les titulaires du Cafdes et du Caferuis sont dispensés d’un des domaines et bénéficient d’une formation allégée pour les deux autres.

Accessible par la VAE

Le Deis est ouvert à la validation des acquis de l’expérience (VAE). Le candidat doit alors justifier de l’exercice d’une activité salariée, non salariée ou bénévole pendant trois ans en équivalent temps plein, en rapport direct avec le référentiel professionnel. C’est-à-dire relevant des trois fonctions suivantes : expertise et conseil, conception et développement, évaluation. Le livret I de recevabilité est à retirer auprès de l’Agence de services et de paiement.

Un cursus « d’une grande exigence intellectuelle »

Sarah Bessière, cheffe de service, association Novavie

« Éducatrice spécialisée, je souhaitais évoluer vers un poste d’encadrement. J’ai découvert le Deis grâce aux collègues du centre de formation dans lequel j’intervenais ponctuellement. Ce qui m'a plu ? L’exigence intellectuelle. Il s’agit de développer une lecture prospective des politiques publiques, et de les articuler avec le niveau opérationnel. La formation m’a confortée dans ma vision du travail social, l’importance de s’ouvrir au-delà du champ institutionnel, de coopérer et développer des partenariats. La partie pratique est aussi très étonnante : ce n’est pas un stage, mais une étude de terrain. On y apprend à gérer une équipe projet, à manager par la compétence, dans une démarche de développement social ou territorial. Comme c’est un diplôme de niveau I, il peut ouvrir vers des postes de direction, voire de direction générale. À condition que la perception des employeurs évolue… Pour l’instant, le Deis est encore mal connu. Et les organisations ne sont pas toutes assez matures pour intégrer cette fonction support transversale. C’est pourquoi certains diplômés préfèrent s’établir à leur compte comme chargés de mission ou consultants. » (C. D.)

Noémie Gilliotte avec Justine Canonne

En savoir plus

Décret n° 2006-770 du 30 juin 2006 et arrêtés des 2 août 2006 et 30 avril 2007

Circulaire n° DGAS/SD4A 2006-379 du 1er septembre 2006

Agence de services et de paiement : http://vae.asp-public.fr






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 203 - décembre 2021
Baromètre Direction(s). Manque d'attractivité, le seuil d'alerte est dépassé
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Ville de Romainville

RESPONSABLE DE CENTRE SOCIAL (H/F)

Résidence d’Automne - APADIC

DIRECTEUR EHPAD H/F

Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

ADDSEA Sauvegarde Bourgogne Franche Comté

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.