Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Formation des directeurs et cadres

Dossier spécial 2018

22/05/2017 -  Que vous soyez directeur ou cadre, que vous fassiez vos premiers pas dans votre fonction ou que vous soyez un professionnel aguerri, la formation continue est un passage incontournable pour prendre vos marques, du galon ou rester en phase avec les évolutions de votre secteur. Face à vos besoins, une offre pléthorique existe, de durée, de contenu et de niveau de qualification différents. Autant de raisons de vous proposer ce dossier spécial afin de vous aider à vous orienter. Au menu ? Une édition actualisée et enrichie qui, sans prétendre à l’exhaustivité, vous aidera à faire les bons choix.

SOMMAIRE DU DOSSIER :

  • Formation, l'embarras du choix
  • Le Cafdes, la qualification de référence
  • D3S, passage requis pour piloter un établissement public
  • Des professionnels sur les bancs des facs et des grandes écoles
  • Le Deis, pour articuler recherche et animation de dispositifs
  • Le Caferuis, un cursus pour les cadres intermédiaires
  • Des séminaires pour actualiser ses compétences

Formation des directeurs et cadres
Des professionnels sur les bancs des facs et des grandes écoles

05/05/2021

Les formations supérieures destinées aux directeurs et cadres constituent un créneau porteur pour les universités et les grandes écoles. Qui développent des partenariats avec les établissements de formation en travail social. Objectif ? Proposer des cursus ciblés, notamment de niveau I.

Besoin d’étoffer les compétences professionnelles, de renforcer l’expertise sur les politiques sociales, d’acculturer des profils issus d’autres secteurs d’activité [1], apparition de nouvelles fonctions… Autant de raisons qui ont poussé le monde universitaire et les grandes écoles à investir la formation des dirigeants du secteur. Depuis les années 1990, les diplômes supérieurs à destination des cadres de l’économie sociale et solidaire se sont multipliés. La fixation de niveaux de qualification pour exercer comme directeur dans le secteur social et médico-social [2] a conforté cette tendance. D’autant que les employeurs s’intéressent désormais à des profils plus variés et des parcours moins linéaires que ceux des seuls « cafdesiens », jugés (à tort ou à raison) plus formatés.

Diversifier les profils

«Les enjeux du secteur sont devenus plus complexes, les fonctions ont évolué avec la recomposition des organigrammes… Dans ce contexte, une équipe de direction aux profils panachés offrira des points de vue et des compétences plus riches», estime ainsi Gyslaine Jouvet, directrice du dispositif habitat de l’Apajh Sarthe-Mayenne et intervenante dans plusieurs formations universitaires. Les établissements d’enseignement supérieur se positionnent donc comme prescripteurs de nouvelles qualifications pour entériner un parcours professionnel en proposant une spécialisation, voire une expertise validée par un diplôme de niveau I — une reconnaissance toujours appréciée par les employeurs. En général, ces formations permettent d’élargir la palette de savoirs en gestion, management, ressources humaines (RH), évaluation ou politiques publiques. Les « étudiants » viennent rafraîchir des connaissances, découvrir des techniques et des outils nouveaux, mais aussi élargir leurs horizons. «Un directeur de pôle a suivi un master à Sciences Po: ses perspectives en ont été transformées, rapporte Gyslaine Jouvet. Il se sent désormais beaucoup plus à l’aise pour travailler avec d’autres associations, et entraîner les professionnels dans la démarche.»

Avantages de ces diplômes ? Leur coût et leur durée. L’investissement financier varie entre 2 000 et 6 000 euros et la durée de la formation est généralement d’un an (de 400 à 800 heures). Ces diplômes sont donc prisés par les cadres qui veulent concilier études et obligations professionnelles. La sélection des candidats se fait à l’entrée sur dossier, puis sur entretien. L’enseignement théorique est souvent complété par un stage en milieu professionnel et un rapport de mission. Enfin, la rédaction d’un mémoire valide leur formation.

Se former à l’étranger

L’arrivée massive de ces formations universitaires a rebattu les cartes pour les établissements de formation au travail social (EFTS) . Beaucoup ont revu leur offre et décidé de jouer la carte de la complémentarité et de la double diplomation (notamment avec le certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale – Cafdes). En outre, ce type de diplôme correspond à la demande d’un certain nombre d’employeurs pour qui les directeurs sont parfois trop peu formés en matière de ressources humaines ou de gestion. Kedge Business School, l’Essec, Sciences Po… Les grandes écoles de commerce et de management ont investi le champ. Masters et mastères spécialisés, Executive MBA, Executive masters… sont proposés, souvent en partenariat, là aussi, avec les centres de formation ou des organisations du secteur. Parmi les atouts de ces formations de haut vol ? Certaines proposent voyages d’études et séminaires à l’étranger. Si les cursus à temps partiel sont compatibles avec une activité professionnelle, leur coût n’est pas anodin (généralement à partir de 12 000 euros, certains dépassant les 20 000 euros).

Bien qu’elle soit encore teintée de concurrence, la coopération opérationnelle entre universités, grandes écoles et  EFTS a connu d’impor tants progrès, estime Diane Bossière, déléguée générale de l’Unaforis. «Elle permet même de proposer des parcours individualisés, d’envisager des passerelles ou des allégements de formation entre diplômes équivalents», souligne-t-elle.

Face à une offre pléthorique, chacun peut donc trouver son bonheur… à condition de s’y retrouver. D’où la nécessité de cibler ses besoins, de s’informer sur le contenu, le programme et l’équipe pédagogique. Pourquoi pas en utilisant son réseau pour en savoir plus.

Avantages de ces diplômes ? Leur coût et leur durée. L’investissement financier varie entre 2 000 et 6 000 euros et la durée de la formation est généralement d’un an (de 400 à 800 heures). Ces diplômes sont donc prisés par les cadres qui veulent concilier études et obligations professionnelles. La sélection des candidats se fait à l’entrée sur dossier, puis sur entretien. L’enseignement théorique est souvent complété par un stage en milieu professionnel et un rapport de mission. Enfin, la rédaction d’un mémoire valide leur formation.

[1] Lire Direction[s] n° 137, p. 20

[2] Décret n° 2007-221 du 19  février 2007

Clémence Dellangnol






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s]
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 200 - septembre 2021
Équipes de direction. Responsables jusqu'où ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Fondation Jacques Chirac - Mas les Tamaris

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

Association Les Apsyades

Directeur administratif et financier (h/f)

Sésame Autisme Languedoc Roussilon

RESPONSABLE DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

ACTION ENFANCE

CHEF DE SERVICE H/F - CHATEAUNEUF SUR LOIRE (45) - CDI

APAJH du VAR

DIRECTEUR IME/EEAP/Répit/SSAD - Jardin d'Asclépios APAJH du Var


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.