Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Personnes handicapées
Le Conseil d’Etat rejette la demande de placement d’un enfant autiste

28/11/2013

Le Conseil d’Etat vient de rejeter la requête des parents d’un enfant autiste demandant à l’administration de prendre « toutes mesures nécessaires » pour assurer son placement dans un institut médico-éducatif. Pour les juges, « aucune carence caractérisée » ne peut être imputée à l’Etat.

Contrairement au récent jugement du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, qui avait condamné l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France à trouver en urgence une solution de prise en charge à une jeune adulte handicapée, le Conseil d’Etat a rejeté, dans une ordonnance du 27 novembre 2013, la demande de placement d’un enfant autiste, considérant qu’elle ne relevait pas de la procédure de référé-liberté.

Après avoir rappelé que la loi impose à l’Etat une prise en charge effective des personnes autistes, et qu’une carence dans l’accomplissement de cette mission peut engager sa responsabilité, la Haute juridiction a estimé qu’une telle carence constitue une « atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale » - autrement dit le fondement de la procédure de référé-liberté -, uniquement si cette carence est « caractérisée ». Ce qui n'est pas le cas en l’espèce.

Les juges ont relevé, à ce titre, que l’ARS avait engagé la « mise en place, à très brève échéance, d’un dispositif provisoire d’accueil de jour dans la région », dont le jeune garçon allait pouvoir bénéficier, et qui serait ainsi de nature à « assurer l’exécution partielle » de l’orientation en IME prévue par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Et que, par ailleurs, celui-ci était déjà partiellement pris en charge, depuis septembre 2013, par un service d’éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad) et avait la possibilité d’être hébergé la nuit en cas d’urgence.

Pour le Conseil d’Etat, les mesures prises par l’ARS ne révèlent donc « aucune carence caractérisée », compte tenu de ses moyens et compétences, qui ne l’ « habilite[nt] pas à imposer la prise en charge d’une personne » à un établissement.

A noter : dans un communiqué, l’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (Unapei), à l’origine de l’action engagée devant le tribunal de Cergy-Pontoise, estime que cette décision « délivre un message insupportable à la famille [de l’enfant] mais ne remet pas en cause la jurisprudence « Amélie », car il ne s'agit pas, souligne la Fédération, d'une affaire « totalement similaire ».

Source : Conseil d'Etat, ordonnance du 27 novembre 2013

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 189 - septembre 2020
Accès aux soins. Quel remède miracle ?
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Département de la Haute Garonne

DIRECTEUR ADJOINT DE LA COORDINATION ET DU DEVELOPPEMENT SOCIAL

APAJH Alpes de Haute Provence

DIRECTEUR ADJOINT (H/F)

UGECAM NORD-EST

DIRECTEUR (H/F)

FAM Héméralia

Responsable Administratif et Financier

Sauvegarde de Seine Saint Denis

DIRECTEUR DES SERVICES ET DE L'ACTIVITE (H/F)


Voir toutes les offres
Agenda
30 septembre au 2 octobre 2020, à Issoudun (Indre)

Évaluer... Évoluer : le sens de la mesure

30 septembre au 2 octobre 2020, à Toulouse

Travail social et numérique : évolution ou révolution ?

2 octobre 2020, à Paris

Quelle société pour demain ?

5 octobre 2020, à Paris

Psychiatrie, santé mentale et parcours des personnes vulnérables...

5 et 6 octobre 2020, à Rennes

Éthique et vieillissement


Voir tous les évènements
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.