Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Handicap et maladie
Vers une association des deux notions

06/06/2013

Pour la Cour de justice de l’union européenne (CJUE), la notion de « handicap » doit s’entendre aussi bien des handicaps de naissance ou d’origine accidentelle que de ceux causés par une maladie.

Interrogée par une juridiction danoise sur l’interprétation à donner à la notion de « handicap » visée par la directive 2000/78 du 27 novembre 2000, portant création d’un cadre général en faveur de l’égalité de traitement en matière d’emploi et de travail, la CJUE, dans un arrêt du 11 avril 2013, fait évoluer sa jurisprudence de 2006 (arrêt Chacon Navas). Celle-ci distinguait clairement la notion de maladie de celle de handicap.

Dans cette nouvelle décision, la Cour considère que : « si une maladie curable ou incurable entraîne une limitation, résultant notamment d’atteintes physiques, mentales ou psychiques, dont l’interaction avec diverses barrières peut faire obstacle à la pleine et effective participation de la personne concernée à la vie professionnelle sur la base de l’égalité avec les autres travailleurs et si cette limitation est de longue durée, une telle maladie peut relever de la notion de "handicap" ».

Mais la CJUE précise toutefois qu’ « une  maladie n’entraînant pas une telle limitation ne relève pas de la notion de "handicap" » et, comme elle l’avait déjà énoncé dans son précédent arrêt, qu’ « une assimilation pure et simple [des deux notions] est exclue ».

Temps partiel

Dans l’affaire à juger, se posait également la question de savoir si la diminution du temps de travail pouvait constituer l’une des mesures d’aménagement qui doivent être mises en œuvre par l’employeur « pour permettre à une personne handicapée d'accéder à un emploi, de l'exercer ou d'y progresser » (article 5 de la directive).

S’appuyant sur la convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, qui préconise une définition large de la notion d’ « aménagement raisonnable », la Cour de justice y a répondu positivement. Lorsque la diminution du temps de travail permet au salarié de continuer à exercer son emploi, cet aménagement est considéré comme approprié. L’employeur pourra donc le proposer au salarié reconnu handicapé, à la lumière de la définition élargie.

Il revient cependant au juge national de vérifier que cette mesure d’aménagement ne représente pas une charge disproportionnée pour l’employeur.

Source : arrêt CJUE du 11 avril 2013, aff. C-335/11 et C-337/11

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 182 - janvier 2020
Dossier. Chefs de service : la fonction s'étoffe
Voir le sommaire

Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
APPRENTIS D'AUTEUIL - MECS JACQUES LAVAL

CHEF DE SERVICE EDUCATIF (H/F)

ESPOIR CFDJ

DIRECTEURS D'ETABLISSEMENTS (H/F)

Fondation La Vie au Grand Air /Priorité Enfance

Chef de Service Educatif (H/F)

Centre d’Action Sociale de la ville de Paris

Conseillers socio-éducatifs H/F

Association AURORE

Chef de Service - Ouverture du dispositif Mineurs Non accompagné


Voir toutes les offres
Trophée 2019 : l'essentiel

Nous vous donnons rendez-vous en mai pour candidater à l'édition 2020 du Trophée !

 La cérémonie des remises de prix du 15e Trophée Direction[s] s'est tenue le 27 novembre 2019. 

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.

   

            

 

En partenariat avec : 

Voir le palmarès 2018
Voir le reportage vidéo du lauréat 2018