Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur social et médico social

Violences conjugales
De nouvelles dispositions pour protéger les victimes

10/09/2014

Le ministère de la Justice présente les récentes évolutions visant à renforcer la lutte contre les violences faites aux femmes introduites par la loi relative à l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

La direction des affaires civiles et du sceau revient, dans une circulaire du 7 août 2014, sur les modifications apportées au code civil, en matière de violences conjugales notamment, par la loi relative à l’égalité réelle entre les femmes et les hommes du 4 août dernier.

Ordonnance de protection

Les premières évolutions portent sur l’ordonnance de protection, qui, pour rappel, est délivrée par le juge aux affaires familiales (JAF) lorsque des violences sont exercées au sein d’un couple, ou par un ancien conjoint, et qu’elles mettent en danger la personne qui en est victime ou un ou plusieurs enfants (article 515-9 du code civil).

Alors qu’aucune échéance n’était prévue pour délivrer cette ordonnance, l’article 515-11 du code civil indique désormais qu’elle doit être délivrée « dans les meilleurs délais ». Pour le ministère de la justice, le législateur « entend ainsi rappeler que les procédures liées aux violences conjugales doivent être traitées en priorité […] afin d’assurer la protection nécessaire aux victimes […] ».

Un dernier alinéa, relatif à la protection des enfants, a également été ajouté. Dans le cas où l’ordonnance est prononcée en raison de violences susceptibles de mettre en danger les enfants, le juge doit désormais en informer sans délai le procureur de la République. La mise en place de ce nouveau dispositif d’information vise à « assurer une meilleure coordination des procédures » et « permettre, le cas échéant, la saisine du juge des enfants sans délai », souligne la chancellerie.

Mesures ordonnées par le JAF

Des précisions et modifications ont également été apportées aux mesures pouvant être ordonnées par le JAF. Ainsi, il est désormais spécifié que même si la victime a bénéficié d’un hébergement d’urgence, le juge doit lui attribuer la jouissance du logement conjugal.

Le législateur a par ailleurs aligné ces dispositions, applicables aux couples mariés, avec celles concernant les couples non mariés (article 515-11 du code civil, 4°).

La durée d’application des mesures a, quant à elle, été allongée de 4 à 6 mois. Les possibilités de prolongations de ce délai, en cas de requête en divorce ou en séparation de corps, ont été par ailleurs élargis aux couples non mariés. En effet, le JAF peut désormais le prolonger s’il a été saisi d’une requête relative à l’exercice de l’autorité parentale.

Autre précision nouvelle : le délai de 6 mois court à compter de la notification de l'ordonnance.

Enfin, le JAF pourra désormais autoriser la victime à dissimuler son domicile ou sa résidence et à élire domicile pour les besoins de la vie courante chez une personne morale qualifiée. Pour rappel, cette dissimulation est déjà possible pour « pour toutes les instances civiles dans lesquelles [la victime] est également partie »,  à la différence près que l’élection du domicile ne peut dans ce cas se faire que chez l'avocat qui l'assiste ou la représente ou auprès du procureur de la République près le tribunal de grande instance.

Source : circulaire du 7 aout 2014

Elise Brissaud






Ajouter un commentaire
La possibilité de réagir à un article de Direction[s] est réservé aux abonnés  du magazine Direction[s], de Direction[s] Clés et au Guide du directeur
Envoyer cette actualité par email :
Email de l'expéditeur (vous)*

Email du destinataire *

Sujet*

Commentaire :

* Champs obligatoires

Le Magazine

N° 203 - décembre 2021
Baromètre Direction(s). Manque d'attractivité, le seuil d'alerte est dépassé
Voir le sommaire

Formation Direction[s]
Offres d'emploi
Les 5 dernières annonces publiées
Les PEP CBFC

Directeur de Pôle Préventions et Soins H/F

Centre d’Action Sociale de la ville de Paris

Cadre socio éducatif H/F

Résidence d’Automne - APADIC

DIRECTEUR EHPAD H/F

Ville de Romainville

RESPONSABLE DE CENTRE SOCIAL (H/F)

Maison Départementale de l'Enfance

Chef de service éducatif H/F


Voir toutes les offres
Trophée Direction[s] : l'essentiel

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine édition

 Voir le palmarès 2019 

Voir le reportage vidéo du lauréat 2019

Sous les hauts patronages de :
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé,
Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées,
Christophe Itier, haut-commissaire à l'Économie sociale et solidaire et à l'Innovation sociale.